Animations dans les Royaumes Renaissants


 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Panique à Thiercelieux 12

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
Organisateur
Organisateur
avatar

Nombre de messages : 937
Age : 40
Date d'inscription : 30/09/2006

MessageSujet: Panique à Thiercelieux 12   Sam 29 Mar - 9:52



Un beau soleil se levait sur Thiercelieux, après une belle nuit de chasse et de lutte.
Trois autres soldats avaient péris sous les coups de griffes et de dents du monstre.



L'inquisiteur regardait avec dédain le cadavre le la bête, quand son capitaine vint à ses côtés et lui souffla à l'oreille :


- Monseigneur Pyrophyle, vous n'ignorez pas la situation. Il en reste encore et nos forces s'amenuisent. Nous ne pourront les contenir bien longtemps s'ils se sentent aux abois... et vous savez quelles peuvent être leurs réactions si nous allons les combattre en force insuffisante. L'orgueil de ces démons, couplé à leur caractère dominant, les poussent à attaquer s'ils se sentent en état de supériorité... et nous ne pouvons le permettre sans risquer considérablement le moral de nos soldats. De plus...

- Il suffit, capitaine ! Vos projections stratégiques m'ennuient... et sont de votre ressort, point du mien. Envoyez donc un homme quérir du renfort, puisque le nombre vous fait défaut. Je saurai mettre par écrit votre incapacité à mater ces démons par le fer, lorsque trop peu de bras le tiennent, et vous aurez vos hommes. Songez que la Foi est une arme bien plus redoutable que votre épée, dans la bataille que nous livrons.
Tâchez de prendre exemple sur moi !

- Oui, Monseigneur !
ponctua le capitaine en un salut, avant de s'éloigner le visage fermé.

Pyrophyle contempla encore un peu le cadavre du lycan.
Puis il donna l'ordre de le brûler - comme les autres - et partit dans l'église, afin de rédiger le courrier pour son capitaine, puis de se coucher pour reprendre des forces.

Cette nuit c'est le maire, qui avait fait les intérêts culinaires de la bête. Mais celle-ci l'avait payé cher.
Toujours est-il qu'il faudrait - encore en plus - organiser des élections municipales.
Décidément Pyrophyle avait ce village en horreur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://animations-rr.forum2jeux.com
Walex

avatar

Nombre de messages : 519
Pseudo RR : Walex, Bernardo, Jill, Téo, Spéculoos, Hamm, Fleurette, Shalmersby, Hilare, Khr, Lom
Date d'inscription : 01/10/2006

MessageSujet: Re: Panique à Thiercelieux 12   Sam 29 Mar - 17:02

L'un court le monde,
Cherche une blonde
L'autre écrit sa vie,
Dans une chambre sombre
Un autre est magicien,
Change tout de ses mains
De ce qu'ils font demain,
Nul ne sait rien.

Qu'ont-ils en commun
Si ce n'est que rien
Ne leur ressemble,
Qu'ont-ils en commun
Si ce n'est que rien
Ne les rassemble,
Alors rien ne peut les séparer,
Les séparer.






Ce matin là, place Narwaïra, dans la maison en face de la statue du Colonel Chalmersby.
- Alors, qu'en pensez-vous ? demanda le paysan.
- Il est visiblement mort ! répondit sèchement Hilare.
Devant eux, le cadavre dévoré du maître magicien baignait dans son sang.
Le paysan : C'est eux ! Ce sont les loups ! Ce sont eux, ils ont encore tué quelqu'un !
- Du calme, voulez-vous, et emmenez-moi cela dans mon atelier. J'aimerai étudier sa dépouille d'un petit peu plus près.
- Bien, monsieur le croque-mort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Opale

avatar

Nombre de messages : 240
Pseudo RR : Opale, dans une autre vie, dans une autre ville ^^
Date d'inscription : 15/10/2006

MessageSujet: Re: Panique à Thiercelieux 12   Sam 29 Mar - 19:31

[Chez Noémina et Huc]

Ahhhhhhhhhhhhh !
Noémina s'éveille en poussant un long bâillement. Elle s'asseoit dans le lit et commence à s'étirer.
La place à côté est vide. Son mari est debout. Déjà ? Mais quelle heure est -il donc ?

Quand elle le rejoint dans le coin cuisine, sa belle-mère la dévisage en lui jetant un regard noir.
Noémina n'en a cure, elle la connait trop bien, et dépose un baiser sur la joue de son époux.


- Bonjour ! Hummmmm ça sent bon. Tu as déjà fait du pain frais, la Mère ? Tu t'es levée bien tôt ce jour .

Huc lui verse une assiettée de soupe mais ne la regarde pas, visiblement gêné .

Noémina prend place à table et observe Huc et sa mère. Quelque chose n'est pas habituel. La vieille mère la regarde avec un sourire mauvais. Quel tour va t-elle lui jouer encore ?

La famille prend son repas en silence....un silence pesant. Noémina le sent. Quelque chose se trame mais quoi ? La vieille va encore l'accuser d'être responsable des malheurs du village?


- Et bien Huc, et toi Mère, z' êtes point bavards ce matin. Z'avez avalés votre langue ?

Pas de réponse. Huc regarde sa mère et évite de croiser le regard de sa femme.

- Mieux vaut rien dire que babiller des sornettes, lance la vieille.

Noémina hausse un sourcil mais ne répond pas. Elle se lève et va humer le pain tout frais. Hummmmmm, il a l'air appétissant. Au moins, il y aura un bon moment dans la journée !

- N'y touche pas, démone ! crache la vieille .
- Quoi ? Elle avait beau s'y être attendue, c'était quand même dur à entendre.
- N'y touche pas avec tes sales pattes démoniaques ! Ce pain est pour Huc et moi.

Noémina se retourne et fait face à la vieille. Quelle est laide avec sa peau toute ridée, son sourire édentée, ses verrues.....
Pourquoi lui lance t-elle toujours des horreurs à la figure ?


- Huc ? Tu ne dis rien ? Tu es d'accord avec ta Mère ?

Mais Huc n'est plus là. Il a quitté la pièce sans bruit.
Alors la vieille lui tourne le dos et sort un panier dans lequel elle met le pain qu'elle vient d'emballer dans un linge.

Dehors, on entend le cri de leur mule. Noémina sort et voit Huc occupé à l'atteler. Des bagages et paquets sont déjà posés dans la charrette.

Noémina a le coeur qui se sert.


Huc ? Huc , mais que fais-tu ? Qu'est-ce qu' il se passe ?
La vieille arrive derrière elle et rit :
On s'en va. Adieu, la feignasse ! ' Toute façon, mon fils était trop bien pour toi. J'ai toujours su que tu étais une garce, une souillon, une bonne-à-rien, une .......
-Suffit la Mère, dit Huc d'une voix faiblarde. Monte dans la charrette , j'arrive.

Abasourdie, Noémina fixe Huc, tandis qu'il s'approche d'elle, tout en gardant une certaine distance.

-Adieu Noé. Nous quittons ce village maudit. Trop de morts étranges, trop de perte dans notre troupeau...
Et puis, toi et moi....Ca fait longtemps que c'est fini.
Je pars vivre ailleurs avec ma mère
.

- Mais, mais....je suis ta femme. Tu ne peux pas faire ça. On a une vie ici.
- Non Noé. C'est fini. Si on avait eu des enfants....peut-être que....
Allez, adieu Noé. Fais attention à toi.

Dans un dernier mouvement d'affection, Huc, dépose un baiser sur le front de sa femme, puis rejoint sa mère sur la charrette.

- Hueeeeeeeeeeeeee!
Clac ! Le fouet claque, la mule démarre.
Noémina reste là, hébétée dans la cour, des larmes roulant sur ses joues. Elle les regarde partir au loin et entend encore la vieille rire en criant :
Au feu la démone ! Ha ha ha !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charles-Edouard

avatar

Nombre de messages : 173
Date d'inscription : 11/01/2007

MessageSujet: Re: Panique à Thiercelieux 12   Sam 29 Mar - 20:15

Le carrosse de la duchesse Johane de Caillouville traversait la place du village. Arrivé à proximité d'un attroupement de badauds et soldats, le cocher mit les chevaux au pas afin d'éviter les cadavres et les manants. Etonnée de ce changement de rythme, la duchesse écarta les rideaux afin de connaître la raison de ce ralentissement. Elle se rendait sur ses terres de Thiercelieux afin d'en vérifier l'etat avec son fils aîné à qui elle voulait enseigner les rudiments de la vie. Il se préparait à devenir chevalier mais il devait aussi savoir gérer les relations avec les serfs et les vilains. Les chemins alentour du château situé à l'entrée du village avaient grand besoin d'être empierrer, il fallait donc attribuer la corvée à quelques paysans. Il s'essaierait pour la première fois à cet art en présence de l'intendant qui devait les attendre.



Louis, lorsque vous serez devenu capitaine, j'espère que vous n'aurez pas à mener de lutte contre de tels monstres. Les troupes semblent s'amenuiser et les démons sont toujours là. Lorsque la nouvelle est arrivée jusqu'au château, je pensais qu'il ne s'agissait que d'une rumeur, mais hélas, chaque jour, de nouvelles victimes viennent confirmer la présence de loups garous à Thiercelieux. Par chance, aucune victime n'est à déplorer parmi nos gens.

puis s'adressant au cocher par la petite trappe prévue à cet effet

Gontrand, faites un détour par le domaine de la marquise Tralalatsointsoin, je vais l'avertir que je ne pourrai me rendre au bal qu'elle donne à l'occasion de l'anniversaire de sa fille.

puis, pour elle même

C'est tout de même trop risqué en ce moment de circuler la nuit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SednaX

avatar

Nombre de messages : 703
Pseudo RR : Houhou, c'est SednaX ^^
Date d'inscription : 09/01/2007

MessageSujet: Re: Panique à Thiercelieux 12   Sam 29 Mar - 22:18

Une douleur ... la conscience reprend le dessus petit à petit ... se retourner sur le côté ...

"Aaaaaaïeuh !!"

Et voilà. Pourtant il le savait, il ne doit pas dormir sur le côté, ça réveille systématiquement la douleur dans son bras cassé. C'est terminé, la nuit est finie, il faut qu'il se lève maintenant. Et puis, s'il est en vie, c'est que quelqu'un d'autre est mort cette nuit ! Il doit savoir qui. Guyl se lève et, tant bien que mal, tente de faire sa toilette et de s'habiller de la main gauche, restée au bout d'un bras valide. Cela fait maintenant presque une semaine, il commence à prendre le "coup de main" et plus vite que la veille et que l'avant-veille, il est prêt à se concocter un bon petit déjeuner.

Il sort ensuite de chez lui, le soleil est déjà bien levé mais il est encore tôt dans la matinée. Il va jeter un oeil à son potager ... Dans deux jours, il pourra le récolter, vu la hauteur des pousses. Il s'en réjouit, un bon bol de soupe de légumes le tente bien.

Puis il sort de chez lui pour aller trouver un travail pour la journée. C'est qu'il ne lui reste plus beaucoup d'écus en poche et que la bouteille de lait qu'il a achetée hier est presque vide. Il traverse donc le village, sa petite maison était située à l'extrémité de celui-ci. Il passa près de l'atelier du croque mort et ne le vit pas par la porte entr'ouverte, aussi nota-t-il qu'il devait déjà être au travail. Un coup d'oeil sur la place de la mairie dont il s'approchait lui permit d'observer l'arrivée d'une calèche. Des gens de noble stature, à n'en pas douter. Il verrait cela plus tard, se faisant une note mentale.

Parvenu sur la place, il passe le plus près possible d'un petit groupe de soldats qui ne semblent pas en très bon état. Discrètement, il tend l'oreille et assouplit son pas pour faire moins de bruit en marchant. Quelques bribes lui apprennent seulement que c'est le maire qui a été dévoré apparemment, mais il ne peut pas traîner plus pour écouter la suite. C'est l'inquisiteur qui doit être content, il semblerait que tout depuis son arrivée le mette de mauvaise humeur, cet homme-là, d'après ce qu'il a pu tirer des soldats ces derniers jours. Il en saurait plus bien assez tôt si cela était vrai.

S'apprêtant à monter les marches de la mairie il entend alors le bruit d'une charette qui se dirige vers la sortie du village. Curieux, il se retourne pour voir passer Huc et sa mère, tirés par un mulet, accompagnés de nombreux paquets.


"Etrange" pense-t-il ... "La vieille aurait-elle obtenu satisfaction ?" Seconde note mentale, penser à passer voir du côté de chez Noémina, si la belle-famille est partie pour de bon ou non.

"Ah il semble que ça soit journée de choix aujourd'hui !" s'exclame-t-il en regardant les nombreuses offres d'emploi sur le panneau municipale. Ainsi que des messages qui semblent n'avoir ni auteurs, ni destinataires particuliers ... Il les lit avec curiosité, mais ce sont les memes que la veille, rien d'intéressant donc à apprendre.

"Alors, voyons, que vais-je fais aujourd'hui ? Raser les moutons de Huc ? Ah non, c'est la vieille annonce d'hier, elle ne doit plus être valable, autant ne pass'y risquer ... Traire des vaches ? Non pas. Ah, récolter du maïs, pourquoi pas ... 18 écus, je pourrais peut-être le négocier à 15 avec un sac de maïs ... Allons-y ..."

Il s'en retourne donc en direction du champ du vieil Albert pour lui proposer ses services à la récolte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Organisateur
Organisateur
avatar

Nombre de messages : 937
Age : 40
Date d'inscription : 30/09/2006

MessageSujet: Re: Panique à Thiercelieux 12   Dim 30 Mar - 4:45

Sur les recommandations de Pyrophyle, le capitaine avait rédigé une annonce "pour appater la vermine villageoise aux responsabilités - toutes relatives - qu'un bourgmestre se doit de faire valoir" (dixit l'inquisiteur).
Son son crâne militaire surmonté de fer en forme de casque, le capitaine avait perdu deux heure à rédiger correctement l'affiche. La fatigue l'oppressant plus encore que l'ennui, il décida de ne plus toucher à son travail, d'aller l'afficher et de profiter du reste de la journée pour dormir... en prévision de la prochaine nuit.

Arrivé devant la mairie, il s'excusa auprès d'un type à la mine louche - qui ne l'était pas pour le capitaine ? - et cloua l'affiche sur le panneau d'affichage public :


Sur l'affiche il y a écrit:
Tu veu deu lakssion et du pouvoâr ? é le respé dé zotr ?

Alor postul pour la plas de mèr dezo jourduî et kissé, demin devi-in mèr !

élèksion ou vèrte se jour !

rézulta dan deu jour.


sinié : leu ka pitène.

Fort las, le capitaine n'attendit aucune réaction du type patibulaire et fila vers le campement des troupes (derrière l'église) en songeant, l'air béat à sa couchette de paille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://animations-rr.forum2jeux.com
Walex

avatar

Nombre de messages : 519
Pseudo RR : Walex, Bernardo, Jill, Téo, Spéculoos, Hamm, Fleurette, Shalmersby, Hilare, Khr, Lom
Date d'inscription : 01/10/2006

MessageSujet: Re: Panique à Thiercelieux 12   Dim 30 Mar - 4:49

L'un court le monde,
Cherche une blonde
Sa petite était brune,
N'attendait rien du monde
Au fond de la chambre sombre,
L'autre ne pense pas au nombre
Et quand il fut dehors,
Ses mots devinrent de l'or.

Qu'ont-ils en commun
Si ce n'est que rien
Ne leur ressemble,
Qu'ont-ils en commun
Si ce n'est que rien
Ne les rassemble,
Rien ne peux les séparer,
Des ombres perdues dans le désert humain,
Des hommes qui marchent lanterne à la main,
Des dunes de la vie, ils se voient de loin...


Thiercelieux, devant l'atelier d'Hilare, un peu plus tard.
- Le croque-mort ? Où est le croque-mort ? demanda un homme à quelques habitants devant la façade.
- Je suis là. Voyez, juste sous le cadavre. Aidez-nous donc à le porter, raide comme il est, il ne passe pas la porte.
- Oh, je vois... encore un !
- Un quoi ? Ah, ce mort, oui c'est la mode de se faire dévorer par des lycans ces derniers temps. Mais tenez-donc ce bas ! Vous ne voyez donc pas qu'il traîne par terre !
- Monsieur, si je venais vous voir, c'était pour, euh, vous...
- Oui, ben quoi ?
- Une nouvelle victime. C'est le poète, on a retrouvé sa dépouille juste derrière chez lui !
- Hum... Je vois. Tenez, venez par là...
- ... oui ?
- Voilà, maintenant, prenez-le par ce pied, et portez-le à l'intérieur avec les autres, et en un morceau s'il vous plaît, moi, je file recueillir le nouveau corps.
- Mais ?

Mais trop tard, Hilare était déjà parti.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Trokinas

avatar

Nombre de messages : 42
Date d'inscription : 25/03/2008

MessageSujet: Re: Panique à Thiercelieux 12   Dim 30 Mar - 12:27

Trokinas avait mal à la tête. Depuis quelques jours c'était devenu une habitude.

Il essaya de bouger les machoires, mais une sécheresse bucale intempestive l'en empécha. L'alcool était un puissant agent qui deshydratait. Cela faisait maintenant4 jours qu'il buvait tous les soirs. Et tout les matins il se réveillait avec une barre de fer au dessus des yeux et une impression d'avoir un rat crevé dans la bouche. Enfin, tous les matins, cela serait plutot tous les midis.

Il essaya d'entreouvrir les yeux, mais le soleil faiblard du mois de mars lui transperça le crâne comme s'il s'était s'agit d'une lame chauffée au rouge.

Immédiatement les fenètres décrépies de l'âme furent refermées. Il dormait dans le rue depuis maintenant 10 jours. Il avait connu une très rapide déchéance depuis la mort de sa femme. Une pneumonie avait dit le Barbier. En 15 jours, sa femme était morte, et cela de la pire façon : en s'étouffant dans ses humeurs, et les saignées n'avaient rien pu y changer.

Depuis Trokinas avait perdu le gout de la vie. Ses Cochons étaient morts de faim puis rapidement, il n'avait pas pu payer sa maison. Alors, il s'était retrouvé dehors. Mais cela l'indifférait totalement : Sa femme était morte, alors à quoi bon vivre?

Finalement,il réussit à gagner la bataille contr ses paupières. Il regarda autour de lui avec l'impression que le mur contre lequel il était appuyé venait de lui tomber dessus. Il émanait du propre corps de Trokinas une odeur de pourriture et de transiration rance, dont il n'avait cure..

Il prit alors conscience que quelque chose venait d'arriver. Mais à quoi bon? Cela ne l'interessait tout simplement pas. Ce village n'avait rien fait pour l'empécher de sombrer dans le gouffre qu'était devenue sa vie. Alors pourquoi se soucier d'eux?

Il tendit la main vers une bouteille en espérant y trouver un peu de réconfort, mais malheureusement, cela fut peine perdue : tout le réconfort avait été bu hier soir.

Il se leva alors pour aller vers la terre promise : la taverne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Icka Prick

avatar

Nombre de messages : 266
Pseudo RR : Quantum/Maggot Brain/Rumpofsteelskin/Sir Nose D'Voidoffunk/Psychoticbumpschool/ Giggle and Squirm/
Date d'inscription : 17/04/2007

MessageSujet: Re: Panique à Thiercelieux 12   Dim 30 Mar - 14:30

Giggle et squirm, les deux soeurs inséparables, se réveillèrent tard ce matin là.

Elles avaient veillées longtemps cette nuit et n'avaient de toutes façon jamais été bien vues à la messe du dimanche.

Elles firent une toilette rapide l'une après l'autre et se préparèrent un énorme déjeuner.

Elles n'étaient pas encore d'humeur à sortir, mais cela n'allait pas tarder.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Opale

avatar

Nombre de messages : 240
Pseudo RR : Opale, dans une autre vie, dans une autre ville ^^
Date d'inscription : 15/10/2006

MessageSujet: Re: Panique à Thiercelieux 12   Dim 30 Mar - 21:20

Noémina , toujours sous le choc, finit par rentrée dans sa maison.
Telle une machine, elle nettoya la table et la vaisselle, ressortit en direction de leur bergerie.

Plus que dix moutons et brebis, eux qui avaient eu l'un des plus beaux troupeaux de la région. Enfin, ce n'était pas une raison pour ne pas s'occuper de ceux-là. Au moins , ils étaient encore vivants et avaient besoin d'elle.
Noémina leur donna quelques soins et surtout à manger.

Et puis, gagnée par une profonde lassitude et surtout l'envie de pleurer, elle s'assit contre la barrière et donna libre court à son désarroi.

Quand Bertrand le garçon-berger arriva, il la trouva toute recroquevillée, les yeux rougis, le regard vide.

Inquiet, il accourut auprès d'elle.


Laisse moi Bertrand. Occupe toi des moutons !
Mais oui....mais oui j' vais bien. Occupe toi des moutons !



Noémina n'avait pas envie de discuter, et surtout pas avec ce gamin bavard.
Elle finit par s'énerver pour de bon.


Mais , tu vas m'laisser tranquille , nondidiou !
T'es là pour les moutons, pas pour m'embêter !
Basta ! File, tu es déjà en retard !


Bertrand n'insista plus et fit son travail de berger.

Au moins, la colère lui avait redonner de la couleur aux joues et assez de force pour se relever.
Noémina décida de se changer et d'aller à l'église. A moins, elle devrait être tranquille là-bas, car la messe serait finie et tout le monde serait à l'Auberge Municipale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Icka Prick

avatar

Nombre de messages : 266
Pseudo RR : Quantum/Maggot Brain/Rumpofsteelskin/Sir Nose D'Voidoffunk/Psychoticbumpschool/ Giggle and Squirm/
Date d'inscription : 17/04/2007

MessageSujet: Re: Panique à Thiercelieux 12   Dim 30 Mar - 21:36

Giggle et Squirm : "On sort ?"

Giggle : "Hihihi !"

Squirm:" Allons à la taverne, on verra si quelqu'un est encore mort cette nuit..."

J'espere que ce n'est pas le beau capitaine...

Et moi que ce n'est pas le beau lieutenant qui l'accompagne...

Hihihihi...

Elles sortirent rapidement et apprirent ce qui s'était passé la veille en route.

Par contre, à part la vieille qui les avaient informé des évenements de la nuit, elles ne virent pas grand monde.

Elles passèrent devant la mairie, espérant y voir leurs beaux militaires mais n'y virent que les religieux de l'inquisition et les notes sur le panneau d'affichage.

Quel pitié...
Ce maire était alcoolique, mais il n'avait pas son pareil pour dégoter de la bonne viande à bas prix.
Et de belles étoffes...
Hihihi...

Elles poursuivirent leur chemin et arrivèrent enfin à la taverne.

René, une grande chope, avec 2 pailles !!!

La taverne était encore peu remplie, mais cela n'allait pas tarder. La taverne de René était un des rares endroit ou les deux soeurs se sentaient bien. Et où elles pouvaient s'accoquiner sans mal, même si Squirm avait tendance à avoir plus de succès que Giggle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Walex

avatar

Nombre de messages : 519
Pseudo RR : Walex, Bernardo, Jill, Téo, Spéculoos, Hamm, Fleurette, Shalmersby, Hilare, Khr, Lom
Date d'inscription : 01/10/2006

MessageSujet: Re: Panique à Thiercelieux 12   Dim 30 Mar - 23:22

L'un court le monde,
Cherche sa blonde
Sa petite était brune,
N'attentait rien du monde
Quand ils se sont croisés,
Ils se sont reconnus
Sur leur peau était gravée,
Une marque : "je suis nu".

Sur leur âme était gravé,
l'espoir dans l'inconnu
Des ombres perdues dans le désert humain,
Des hommes qui marchent lanterne à la main,
Des dunes de la vie, ils se voient de loin,
Des dunes de la vie, j'en vois certains,
De loin en loin,
De loin en loin...




A l'atelier du croque-mort.
- Voilà, ce sont les deux dernières victimes, commenta le paysan qui venait de transporter les corps.
- Les derniers, vous en êtes sûr ? Hé bien c'est tant mieux, sinon à ce rythme, tout le village sera mort dans les deux semaines, et je me retrouverai sans travail... Ah ! Ah ! Ah !
Regard choqué du paysan.
- Laissez... vous ne pouvez pas comprendre. Humour noir, c'est le métier qui veut ça, expliqua Hilare. Bon, qu'avons-nous là ?
- Un couple d'amoureux. La femme serait morte après son repas, et l'homme se serait donné la mort ensuite.
- Je vois... Mieux vaut qu'il se l'ait donné à lui plutôt qu'à un autre.
- ? y répondit le paysan.
- Passons. Mettez les deux cadavres là, à côté de ceux du magicien et du poète. Que faisaient-ils, eux comme métier ?
- L'homme était peintre, et la femme était sa muse.
- Elle, sa muse beaucoup moins à présent. Oui, Hum, pardon. Faites un peu de place et sortez la dépouille du maire, j'en ai fini avec lui, son cas était déjà réglé avant qu'il n'arrive dans mon atelier, c'est bien un loup qui l'a dévoré. Maintenant laissez-moi, j'ai du pain sur la planche.
- Oui, monsieur... dit le paysan d'un air dégouté en quittant la pièce.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SednaX

avatar

Nombre de messages : 703
Pseudo RR : Houhou, c'est SednaX ^^
Date d'inscription : 09/01/2007

MessageSujet: Re: Panique à Thiercelieux 12   Lun 31 Mar - 0:20

Et zut. Une matinée perdue. Le vieil Albert avait bien accepté son compromis et lui avait promis un sac de maïs et 15 écus pour la récolte de son champ de maïs, mais ensuite il s'en était allé de son côté. Ainsi Guyl se retrouvait-il tout seul et personne à écouter bavasser. Quelle plaie ...

Il effectua son travail aussi bien qu'il put avec le peu de force qu'il avait et lorsqu'il eut terminé, il rentra chez le vieil Albert lui déposer les sacs. Il trouva une petite bourse avec l'argent prévu, aussi déposa-t-il les sacs devant la porte et en emporta-t-il un avec lui.

Revenu au centre du village, il réfléchit un instant. Il n'était pas encore midi mais la place du village était plutôt vide à part les représentants de l'inquisition. Dorénavant, les villageois avaient peurs et restaient bouclés chez eux le plus possible. Le marché était fermé pour cause de désertion et les achats et ventes se faisaient de la main à la main entre ceux qui se retrouvaient à l'auberge ou directement chez eux. Aussi décida-t-il d'aller à l'auberge. Peut-être pourrait-il revendre son sac de maïs pour 3 écus à René en échange de quelques bières gratuites. Il en profiterait pour voir s'il y avait des nouvelles. Il entra donc dans l'établissement, jeta un regard circulaire et nota pensivement les quelques rares personnes présentes, dont la jeune femme à deux têtes ..
.

"René l'ami, que dirais-tu d'un sac de maïs à 3 écus seulement, contre 2 ou 3 bières gratuites ? Tu n'en trouveras plus d'aussi peu chers, tu devrais en profiter ! Allez, allez ... comment ça, je te fais pitié ? Bah, comme tu veux, du moment que la bière est fraîche ... "

Il s'installa au comptoir et s'y adossa pour avoir vue sur la salle ainsi que sur la place par les fenêtres crasseuses.

"Alors, René, qu'est-ce tu me racontes aujourd'hui ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ève-angèle

avatar

Nombre de messages : 9
Date d'inscription : 15/03/2008

MessageSujet: Re: Panique à Thiercelieux 12   Lun 31 Mar - 11:02

Tous les villages se ressemblent.
Seul l'accent change, éventuellement.
Des hommes, des femmes, des enfants sans visage.
Les gens devaient la prendre pour une folle à se déplacer ainsi. C'est ce que lui avait dit la marchande de légumes qui avait accepté de l'accompagner ici, sur sa charette.
Le voyage avait duré deux jours, depuis le précédent village... Elle lui avait dit que celui-ci s'appelle Thiercelieux. Elle ne le connaissait pas.
Aucune importance.

Elle remercia la vieille femme lorsqu'elle l'aida à descendre et l'accompagna jusqu'à l'entrée de la taverne.
Elle lui tendit son baluchon dont elle se saisit. Elle voyageait léger : un peu de pain, ses deux robes noires de rechange et un bandeau blanc.
Elle prit son compagnon, le baton, ouvrit la porte et, ami en avant, elle trouva le comptoir.

Elle tapota sur le bar et dit d'une voix claire :


Tavernier ! je voudrais une chambre, s'il vous plait.
Au rez-de-chaussée, si possible.


Elle attendit la réponse, espérant qu'il soit dans les environs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Icka Prick

avatar

Nombre de messages : 266
Pseudo RR : Quantum/Maggot Brain/Rumpofsteelskin/Sir Nose D'Voidoffunk/Psychoticbumpschool/ Giggle and Squirm/
Date d'inscription : 17/04/2007

MessageSujet: Re: Panique à Thiercelieux 12   Lun 31 Mar - 11:24

Giggle et Squirm jouaient aux cartes en sirotant leur boisson.

Merci pour la dame d'écu... Rami !!
Squirm !! Sale tricheuse... je vais t'arracher la tête !!!
Aucune chance... je suis bien plus forte que toi !!
C'est ce qu'on va voir !!

C'est à cet instant qu'un nouveau client entra, Giggle et Squirm l'avaient déjà vu. Un paysan du village... Elles avaient espérés voir un de leurs beaux militaire...

On va lui parler ?
Change pas de sujet...
Allez, on reglera ça plus tard.
Pourquoi tu veux parler à ce paysan, il a les mains encore toute terreuses. Il va salir notre belle robe si il nous touche.
Mais non, il ne nous touchera pas. Et puis avec ce qui se passe on devrait voir à ce faire bien voir. J'ai entendu dire que les encapuchonnés de Vatican allaient commencer à monter quelques buchers suite à la mort du maire.
Qui a bien pu te dire une bétise pareil ?
La vieille !
C'est marrant, à moi elle ne dit jamais rien.
Et bien... à moi, elle en dit... Et elle se trompe rarement. Et j'ai pas envi de déménager encore une fois.
Bon ok allons y...

Elles se levèrent et allèrent vers le comptoir, leur chope à la main.

Tu nous met sa petite soeur René ? Et toujours avec 2 pailles !!

Elles se tournèrent innocement vers le paysan.

Tiens vous n'êtes pas à l'église en train de prier pour votre âme ?
René, sers une chopine à ce jeune homme.Votre nom c'est bien Guy si je ne m'abuse ? Moi c'est Squirm, et ma petite soeur à coté c'est Wiggle.B'jour M'sieur Guy.Vous avez appris ce qui s'est passé hier ? J'en suis toute retourné... Sans maire qu'allons nous faire ? Enfin, il parait qu'ils ont tué deux ou trois de ces monstres.

Giggle et Squirm le fixaient attendant une réponse.
Les bières venaient d'être servies et les filles buvaient chacune à la paille sans quitter Guyl de leurs quatres yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SednaX

avatar

Nombre de messages : 703
Pseudo RR : Houhou, c'est SednaX ^^
Date d'inscription : 09/01/2007

MessageSujet: Re: Panique à Thiercelieux 12   Lun 31 Mar - 14:32

La "double-fille" comme l'appelait la vieille du village, s'était approchée et lui avait adressé la parole. Les deux têtes avaient écorché son nom, mais ça, il s'en moquait, ça n'avait aucune importance. Il les observa pendant qu'elles lui parlaient puis il répondit :

"Oui, oui, j'ai beaucoup entendu parler de vous. Parait-il que malgré votre côté inséparable, vous vous disputez souvent, parfois pour des broutilles ... Heureusement que ce n'est jamais bien grave, hein ?

Quant à la messe mes jeunes demoiselles ? Encore faudrait-il qu'elle dure plus de vingt minutes ... Not' curé refuse de donner des messes correctes tant qu'il y aura cet inquisiteur dans les parages, paraitrait-il qu'il essaie de lui donner des leçons. Quand j'reviens des champs, il n'y a jamais plus personne le dimanche à la messe, elle est finie depuis bien longtemps."

A ce moment, une jeune femme entra dans la taverne avec un bâton à la main posé devant elle, comme pour empêcher quiconque de s'approcher de trop. Juste après cette arme de fortune, la seconde chose qui attira son attention, bien plus flagrante pourtant, fut le bandeau blanc entourant sa tête au niveau des yeux. Qu'était-ce donc là ? Un jeu, un pari ? Cette femme, fort jolie malgré cet attirail sur le visage, ne semblait pas du genre à se laisser prendre à des jeux aussi stupides ... Serait-ce là une femme qui n'avait pas d'yeux ? Elle posa une question à l'aubergiste et tourna vivement la tête dans la direction de la voix lorsque celui-ci lui répondit. Tout le monde dans la taverne la dévisageait, le silence s'était fait ...

L'aubergiste se montra étrangement galant, sans doute à cause de la beauté de la jeune femme ... Guyl savait qu'il n'avait jamais pu se marier à cause de sa vieille mère mais qu'il ne crachait pas sur les jolis brins de filles pour autant. Il fit donc le tour du comptoir et prit la jeune femme par le bras pour l'emmener jusqu'à sa chambre. Guyl observa attentivement cette femme, ses gestes et son attitude ... Il fallait bien du courage pour voyager dans cet état ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Walex

avatar

Nombre de messages : 519
Pseudo RR : Walex, Bernardo, Jill, Téo, Spéculoos, Hamm, Fleurette, Shalmersby, Hilare, Khr, Lom
Date d'inscription : 01/10/2006

MessageSujet: Re: Panique à Thiercelieux 12   Lun 31 Mar - 14:51

A l'atelier d'Hilare, Acte I Scène 4.

- Alors croque-mort, c'est grave ?
- Non, ce ne sont que des cas classiques. Prenez le magicien, il a simplement été dévoré par les loups, comme nous pouvions nous en douter.
- Ah !
- Le poète, quant à lui, s'est suicidé en s'ouvrant les veines.
- Il en avait certainement assez de vivre dans toute cette horreur !
- Non, loin de là. Vous voyez, là, ces petites marques sur son cou ? C'est la preuve qu'un vampire s'est attaqué à lui. J'imagine qu'il s'est tranché les poignets juste avant de se faire attaquer... En fait, c'est nous qui avons de la veine, sinon, nous aurions affaire à une goule ! Cet homme est un héros !
- Mmouais... et le couple ?
- C'est bien simple, quelqu'un a assassiné la femme. Après m'être rendu à leur domicile, je me suis aperçu que sa soupe était empoisonnée. Le peintre était certainement profondément amoureux de sa muse et n'a pas dû supporter cela, il s'est donc ouvert le ventre. Mais faites donc attention, vous marchez sur ses tripes là. Ah c'est malin, vous avez les bottes pleines de petit déjeuner maintenant. Bon. En tout cas, si son suicide n'est pas dû à la mort de ça femme, cela doit avoir être en rapport avec le rat que j'ai trouvé auprès de sa couche, il a très bien pu aussi mettre fin à ses jours de honte.
- Vous êtes sûr de tout cela ?
- Aussi sûr que c'est vous qui fermez la boutique, moi j'ai assez travaillé pour aujourd'hui. N'oubliez pas de recouvrir les cadavres, si vous me cherchez, je suis en taverne, il faut que je boive pour passer le goût de leurs pieds...
- Pardon ?
- Vous ne me croyez pas ? Essayez donc de mordre les orteilles de la femme, ce sont les meilleures ! Ah ! Ah ! Ah ! Ah ! Ah !

Hilare sort de la pièce pour rejoindre la taverne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Trokinas

avatar

Nombre de messages : 42
Date d'inscription : 25/03/2008

MessageSujet: Re: Panique à Thiercelieux 12   Lun 31 Mar - 15:28

Trokinas entra dans la taverne. Il poussa la porte, puis ne prit même pas la peine de regarder qui était atour de lui ou qui était présent dans la taverne.

Il se dirigea vers la bar et n'avait qu'une idée en tête : boire quelque chose qui lui permettrait d'oublier le mal de tête carabiné qu'il avait. D'un autre côté, pendant qu'il avait mal à la tête, il oubliait un peu la douleur morale qui ne le quittait plus depuis .... il ne savait plus.

Il se fit donc un passage jusqu'au bar. En passant, il entra en collision avec une jeune fille à deux têtes. Cela ne le choqua pas, car il mit cela le compte de son taux d'alcoolémie qui ne devait pas encore être revenu à la normale.

Il bredouilla un mot d'excuse qui se traduit par un grognement compte tenu de ses faibles capacités d'élocution.

Puis il tapota sur la bar. Sachant ce qu'il voulait, le tavernier lui amena un verre plein d'un alcool fort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ève-angèle

avatar

Nombre de messages : 9
Date d'inscription : 15/03/2008

MessageSujet: Re: Panique à Thiercelieux 12   Lun 31 Mar - 16:31

Comme d'habitude, le silence se fit lorsqu'elle entra...
Cela ne la dérangeait pas, bien au contraire, le silence aidait à guider ses pas...
Une voix d'homme, le tavernier sans doute, lui répondit poliment. Un autre se saisit de son bras et semblait vouloir l'accompagner dans la direction qu'avait dû indiquer le propriétaire.


Merci messieurs...

Elle s'arrêta, arrêtant en même temps son accompagnateur, elle se tourne vers lui et se penche un peu... Elle parle néanmoins suffisamment fort...

Messire, pardonnez-moi, mais je ne sais pas si vous serez toujours avec moi lorsque j'irai dans ma chambre, n'est-ce pas ?

Elle sourit...

Je dois réussir à la retrouver seule... accompagnez moi donc, jusqu'à la porte de celle-ci, guidez moi avec vos mots, décrivez moi les obstacles et pourquoi pas les décors...
J'ai vu, quand j'étais très jeune, je me souviens un peu.
Aidez moi, mais ne me tirez pas comme l'on tire une charrue... même avec gentillesse


Elle tend sa main gauche dans la direction de l'homme et prend son baton dans la droite... relève la tête...

Allez, racontez moi donc, messire...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SednaX

avatar

Nombre de messages : 703
Pseudo RR : Houhou, c'est SednaX ^^
Date d'inscription : 09/01/2007

MessageSujet: Re: Panique à Thiercelieux 12   Lun 31 Mar - 17:49

Quel caractère cette femme ! En même temps, n'importe qui aurait pu s'en douter, dans son état, soit on se forge le caractère, soit on se laisse mourir à petit feu chez soi ... Une femme aveugle qui voyage ne peut que savoir ce qu'elle veut.

Et v'là René qu'est bien embêté, il ne s'attendait pas à ça, lui, parler, ce n'est pas son fort, il sait commérer comme le faisait sa vieille mère, mais la littérature lui est étrangère !

Alors Guyl décide d'agir. Tout d'abord il s'adresse aux jumelles ou il ne sait comment les appeler :


"Mesdemoiselles, pardonnez moi de couper si court à la conversation, mais je vous retrouverai ici plus tard si vous y êtes toujours !"

Il salue d'un geste de la main gauche puis se dirige vers René qui a commencé à bafouiller et s'interpose entre lui et la demoiselle.

"Mademoiselle bonjour ! Je vais prendre les choses en main si vous le voulez bien, notre tavernier a quelques clients à servir, il doit donc retourner à son comptoir"

Regard noir de René, qui aurait tout de même bien aimé être là pour aider la jeune femme à installer ses affaires dans sa chambre.

"Alors, tout d'abord, il faut que vous avanciez environ d'une dizaine de pas tout droit, puis vous trouverez face à vous un tabouret mal rangé, encore un ivrogne parti sans s'occuper de son entourage. Vous pourrez le contourner par la gauche. Voilà, parfait, vous maîtrisez bien cet exercice à ce que je vois. Voilà, maintenant vous allez obliquer très légèrement vers la droite, de façon à vous diriger vers le couloir des chambres au rez-de-chaussée qui se trouve entre le comptoir à votre droite et les escaliers à gauche. Voilà, un peu plus à droite encore ... parfait. Maintenant continuez tout droit. En vous approchant du mur de gauche, vous pourrez tâter avec votre bâton pour trouver votre porte, j'imagine que vous avez déjà fait cela ... Oui ? Parfait, alors votre chambre est celle du fond, c'est-à-dire la deuxième. Oui, vous avez de la chance, il n'y a que deux chambres au rez-de-chaussée et l'une à appartenu à feu la soeurette du propriétaire, il ne la loue à personne, même pour tout l'or du monde. Voilà, vous y êtes, vous avez la clef ? La serrure se trouve du côté droit de la porte. Parfait. Hé bien mademoiselle, je vous félicite, cela a été très facile ! Je ne vous ai pas beaucoup raconté le décor, mais il ne vaut pas la peine d'user sa salive, croyez-moi ! Je me présente, ma mère m'a nommé Guyl et je suis un simple locatercien sans histoire. Au plaisir de vous aider à nouveau si l'occasion se représente, à moins que vous n'ayez besoin que je vous décrive aussi l'intérieur de votre chambre ? En tout cas, une chose est sûre, le lit se trouvera tout droit devant vous en entrant ..."

Il s'arrêta enfin de babiller, s'étonnant lui-même d'avoir aligné autant de mots les uns à la suite des autres sans avoir en échange récolté la moindre information de son interlocuteur. "Tout vient à point à qui sait attendre" se dit-il, se demandant bien d'où venait cette sentence. Il sourit à la jeune dame -bien que cela ne put être perçu par elle, forcément !- tout en l'observant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Walex

avatar

Nombre de messages : 519
Pseudo RR : Walex, Bernardo, Jill, Téo, Spéculoos, Hamm, Fleurette, Shalmersby, Hilare, Khr, Lom
Date d'inscription : 01/10/2006

MessageSujet: Re: Panique à Thiercelieux 12   Lun 31 Mar - 21:26

La taverne.
L'un des derniers lieux où la bonne humeur régnait encore.

Cela lui faisait un bien considérable de côtoyer des gens - pas des morts, mais bel et bien des vivants.
A vrai dire, il savait apprécier la chaleur humaine, même si ses propos pessimistes et son humour noir en déroutaient plus d'un.


- René ! Une tournée de la part des quatre derniers locataires de mon atelier ! fit-il en lui lançant une bourse pleine d'écus. J'ai trouvé ça dans leurs poches et sous leurs lits en inspectant leurs demeures. Que leurs dernières économies servent encore à ceux qui restent en vie ! A tout le monde : Oh, au fait, il va falloir remplacer les dernières victimes à leurs diverses responsabilités ! Comme vous le savez, le maire est mort la nuit dernière, mais il reste aussi un magicien, un poète et un peintre à remplacer ! Petite surprise de quelques uns qui ignoraient encore leurs disparitions. J'vais attacher sur la porte un parchemin, que ceux qui sont motivés pour prendre leurs relèves vienne y noter leurs noms ! René, passe-moi de quoi écrire, veux-tu ?

Hilare Meuldore a écrit:
Offres d'emploi - Derniers postes à pourvoir :

Maire :
Magicien :
Poète :
Peintre :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Trokinas

avatar

Nombre de messages : 42
Date d'inscription : 25/03/2008

MessageSujet: Re: Panique à Thiercelieux 12   Lun 31 Mar - 21:45

Trokinas continuait de boire dans son coin. Il regardait le manège des différentes personnes présentes, et fut surpris de voir rentrer le croque mort. Il ne l'avait pas revu depuis... depuis ce jour tragique qui avait fait basculé sa vie. Il revoyait le cercueil avec dedans les deux espoirs de sa vie.

Une larme coula sur sa joue. Lorsque le Croque mort annonça une tournée, Trokinas se servit, puis leva son verre pour remercier l'homme.

Il le dévisagea puis replongea dans la contemplation de son verre d'alcool comme si toute sa vie en dépendait. Il n'alla pas voir l'affiche, car il ne pouvait concevoir de travailler à nouveau. D'ailleurs à quoi bon?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ellias

avatar

Nombre de messages : 14
Date d'inscription : 29/03/2008

MessageSujet: Re: Panique à Thiercelieux 12   Lun 31 Mar - 21:55

[Dans les rues de la ville]

Il ouvrit les yeux... le soleil l'éblouit, il ne vit rien autour de lui, seulement des formes déformées par ses larmes qui lui étaient montées aux yeux pour se protéger contre les rayons solaires. Sa tête lui faisait mal... il avait l'impression d'avoir été pendu par les pieds, pourtant il était bien allongé sur le sol, contre le pavé froid du village. Des drôles de bruits sortirent de son ventre, et il avait un goût affreux dans la bouche. Il ne savait plus très bien comment il était arrivé ici... il avait encore trop bu, sûrement, peut être... enfin ! Bah... de toutes manières, il fallait battre le mal par le mal !

Cela tombait bien, il restait une bouteille de piquette à côté de lui, le fond encore un peu plein. Ce n'était pas grand chose, mais au moins, il ne mourrait pas de soif en cherchant de quoi se payer le repas du jour. Il la saisit, la vida cul-sec, et se remit debout. Sa tête tourna un peu plus, reste de la veille. Maintenant, il fallait se rendre à un endroit un peu plus fréquenté, pour réussir à attirer les charités, et peut-être voler une bourse ou deux.

Il se mit donc en marche vers le centre du village, d'où il entendait des rumeurs. L'Inquisition était en ville... et le maire venait de se faire avaler tout cru par un loup garou. Maroufle se gratta le peu de cheveux sales qui lui restaient. Des loups-garous... c'tait quoi ce genre de bêtes au fait?

Ah mais oui ! Il s'en souvenait, il avait prévenu le maire de ce danger qui guettait la ville. Et comme d'habitude, lorsqu'il essayait de faire de sages conseils, ou de raconter l'une de ses grandes aventures à la jeunesse du village pour qu'elle puisse être transmise à la postérité, et servir d'exemple aux générations suivantes, on s'était moqué de lui, et l'avait chassé de la ville à coups de pied au derrière. Ah ! Le maire faisait moins le malin, dans l'estomac de la bestiole.

Encore une fois, il allait devoir sauver le village. Cela lui rappelait le jour où il avait fait croisade avec son grand ami Saint Louis contre ces saloperies de Polonais... à moins que ce soit des Espagnols... oui... peut être... bah de toute manière, ces races là... c'étaient tous les mêmes... à se partager cette petite île à l'Ouest de l'Angleterre. Du coup, il savait comment battre ces bêtes à cornes. Il était prêt à débarrasser la ville de ces... heu... quoi au fait?... ah oui, des anges. Il se lança alors au milieu de la foule, en hurlant à tue-tête.


C'est la fin du monde !!! L'apocalypse !!! J'vous l'avais tous dit, les bêtes nous surveillaient depuis longtemps ! Elles sont venues prendre l'âme des pécheurs et des impurs ! Craignez-les, pauvres fous ! La seule solution, c'est de suivre mes conseils, afin de purifier la ville du mal qui nous menace !!!! Je suis l'envoyé du Très-Haut, le Protecteur de la ville !!!!


Puis, entendant parler d'élections mises en places pour choisir le maire qui remplacerait l'ancien (il ne pouvait voir l'affiche, ne sachant lire), il eut une autre idée :

Je me présente aux élections pour devenir maître... heu maire du village ! Je vous montrerai la voix pour être sauvés !!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Opale

avatar

Nombre de messages : 240
Pseudo RR : Opale, dans une autre vie, dans une autre ville ^^
Date d'inscription : 15/10/2006

MessageSujet: Re: Panique à Thiercelieux 12   Lun 31 Mar - 22:57

Noémina avait passé une bonne partie de la journée dans le calme de l'eglise.
Les gardes de l'inquisition l'avait surveillé avec suspition, et elle avait du répondre à leurs questions. Elle avait du faire un gros effort pour rester polie, mais on ne fait pas n'importe quoi avec l'Inquisition, même si leurs membres peuvent être tout à fait déplaisants.

Le curé repassa et fut , lui aussi, surpris de la voir en dehors en heures de messe. Elle discuta avec lui, lui racontant ce qui venait de lui arriver.
Le curé ne semblait pas choqué ( il avait du entendre des choses au confessional, pensa Noémina) et trouva des mots qui l'apaisèrent momentanément.
Enfin, celui-ci lui parla à voix basse des derniers morts qu'on avait retrouvé et surtout du maire.


Noémina en eut le souffle coupé. Non pas qu'elle était une maie du maire, mais le connait bien. Son mari lui avait confectionné la plupart de ses vêtements.

Noémina quitta l'église et se rendit devant la mairie. C'était là qu'elle voulait prier pour l'âme du maire défunt.
Quelques rares badauds tournaient autour d'un panneau d'affichage.


Enfin, une annonce attira son oeil : Tiens, on commençait déjà à chercher un nouveau maire ! Oh... et puis....c'était organisé par le capitaine de la garde inquisitoriale !

Non loin d'elle, un vieil homme tout loqueteux et sentant l'alcool à plein nez hurlait qu'il voulait sauver la ville et il osait dire qu'il était l'envoyé du Très Haut.

- Et bein, y en qui a qui doute de rien, bougonna Noémina.
Va être content de savoir ça le Grand Inquisiteur ! Il a de la concurrence avec un bougre comme çui là !

Enfin, si elle se présentait, elle, comme maire de la ville ?
Après tout, elle était née à Thiercelieux et connait plutôt bien les habitants.
Ils l'appréciaient dans l'ensemble.

Noémina décida de prendre le temps de la réflexion en buveant un petit verre ou deux, chez René. A cette heure , il devait y avoir du monde et les discussions qu'elle y entendrait lui changerait les idées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charles-Edouard

avatar

Nombre de messages : 173
Date d'inscription : 11/01/2007

MessageSujet: Re: Panique à Thiercelieux 12   Lun 31 Mar - 23:40

Après avoir fait un détour par le domaine de son amie, la marquise Tralalatsointsoin, la duchesse et son fiston avaient fait le tour de leurs propriété avec l'intendant en charge. L'intendant avait confié le rempiérrage des chemins accèdant au chateau et le travail devrait être fini d'ici la fin de la semaine. Le bougre de vilain avait bien essayé d'échapper à la corvée mais l'intendant s'était montré intransigeant.

Lors du retour vers le village, la duchesse ouvrit la trappe pour demander à Gontrand de s'arrêter à l'auberge afin d'y acquérir un tonnelet de vin de pays auprès de l'aubergiste René.

Lorsqu'il stoppa le carrosse devant l'auberge, elle lui précisa encore.




Gontrand, vous ferez vite, je ne veux pas m'attarder en ces lieux, la nuit va bientôt tomber et nous devons rentrer au plus vite au château.

Suivant du regard Gontrand qui entrait dans l'auberge, elle aperçut une affichette sur la porte. Il était annoncé :

Citation :
Offres d'emploi - Derniers postes à pourvoir :

Maire :
Magicien :
Poète :
Peintre :

Le maire serait décèdé, la situation devenait catastrophique. Il lui sembla tout à coup évident qu'il était de son devoir de se dévouer pour le village.

Elle attendit nerveusement le retour de Gontrand puis dès qu'il eut chargé le tonnelet de vin à l'arrière, elle lui demanda d'aller prévenir l'aubergiste qu'elle souhaitait devenir maire.


Dites lui bien Gontrand que je prends le poste de maire. Je ne veux pas être rémunérée, que ce soit su et entendu. On n'a jamais vu une duchesse travailler. J'agis ainsi par simple générosité. Dites lui bien Gontrand !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Panique à Thiercelieux 12   

Revenir en haut Aller en bas
 
Panique à Thiercelieux 12
Revenir en haut 
Page 1 sur 6Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» Nouveau site !! Panique au casino !!
» Initiation aux loup-garous de Thiercelieux à l'école
» Pas de panique !! ;)
» Hans-Ulrich Rudel
» Petite table romantique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Animations dans les Royaumes Renaissants :: Panique à Thiercelieux :: Archives de Thiercelieux-
Sauter vers: