Animations dans les Royaumes Renaissants


 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Panique à Thiercelieux 12

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
SednaX

avatar

Nombre de messages : 703
Pseudo RR : Houhou, c'est SednaX ^^
Date d'inscription : 09/01/2007

MessageSujet: Re: Panique à Thiercelieux 12   Mar 1 Avr - 0:07

Finalement, la jeune dame avait préféré entrer dans sa chambre seule, celle-ci n'étant que très peu meublée, elle pensait ne pas avoir trop de problèmes. Aussi Guyl la laissa-t-il puis retourna-t-il s'accouder au comptoir ... Il assista successivement à l'entrée du croque-mort, donc il salua l'offre "généreuse" (c'était digne de lui, ça, d'être généreux avec les biens d'autrui, même morts), à la scène du crieur public sur la grand'place, même si on ne comprenait pas bien ce qu'il criait depuis l'intérieur de la taverne, puis à l'arrivée d'un homme de main qui vint s'adresser en privé à René, repartit avec un petit tonneau et revint transmettre un autre message au tavernier. Cet aller-retour suscita la curiosité de Guyl, qui observa attentivement l'échange entre les deux hommes sans pouvoir pour autant comprendre ce qu'ils se disaient. Cet homme de main devait avoir grandement payé le tavernier pour qu'il parvienne à être aussi discret.

A la suite de leur dialogue, René alla inscrire sur l'affichette du croque-mort quelque chose, que Guyl crut lire comme étant "Duchesse Johane de Caillouville" en face de la ligne "maire". Tiens, tiens, la duchesse, LA duchesse régnant sur les terres de Thiercelieux voudrait devenir maire de Thiercelieux ? Etrange ... Il ne savait presque rien sur cette dame, à part le fait qu'elle vivait seule avec son fils dans leur domaine réputé pour être extrêmement luxueux. Puisqu'elle avait l'intention de se proposer pour gérer la municipalité, elle devait sans doute projeter de rester dans le village au moins un certain temps, il aurait donc largement le temps d'en apprendre plus sur elle.

Puisque l'homme de main était reparti, Guyl s'attarda maintenant à observer l'alcoolique. Cet homme avait tout pour faire de la peine, quand on connaissait son histoire. Et ici, seuls les gens de passage ne la connaissaient pas. C'est que c'était une histoire croustillante ... la femme malade et enceinte, qui décède aussi brutalement, le mari désespéré qui tombe dans l'alcool de plus en plus profondément ... les commères du village avaient fait marcher leur langue tout l'hiver depuis cette histoire. Mais Guyl s'attachait plus au personnage, à comprendre ce qui pouvait pousser un être humain à se laisser tomber dans la déchéance aussi profondément. A priori, la seule réponse qu'il avait trouvée pour l'instant était : l'amour. Mais cela ne le satisfaisait pas. Peu importe, il avait tout le temps pour continuer à chercher et il commençait à se faire tard. Il décida d'aller faire un tour à l'église. C'est que, même s'il n'allait plus à la messe, il croyait fortement en Aristote et souhaitait tout de même le lui témoigner.

Il termina donc son verre, salua à la ronde ceux qui l'entendraient et quitta l'établissement. Il vit que la calèche du matin était maintenant devant les écuries. Il semblerait donc que ce fut la calèche de la duchesse ...

Il se rendit à l'église et en passant, il nota qu'il y avait quelques personnes encore devant la mairie. Sans doute quelque chose à lire ? Il verrait demain. Il resta un long moment dans le bâtiment sacré à prier et à réfléchir surtout, puis lorsqu'il partit, la nuit noire était tombée, aussi se pressa-t-il d'aller se coucher chez lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louane

avatar

Nombre de messages : 4
Date d'inscription : 28/03/2008

MessageSujet: Re: Panique à Thiercelieux 12   Mar 1 Avr - 1:56

Un peu perdue dans ce monde nouveau pour elle, Louane décida de rentrer dans la maisonnée la plus bruyante, espérant pouvoir se fondre dans la foule sans trop se faire remarquer...Elle espérait que ses questions qu'elle pensait idiotes ne seraient pas entendues de tous...

Elle poussa tout doucement la porte, alors qu'au même moment un pochtron voulant décuver la poussa brusquement manquant de la renverser....Elle poussa un cri de sursaut, puis se ressaisissa, se remettant droite comme pour ne pas afficher sa peur

Elle entra cette fois-ci d'un pas plus décidé puis chercha des yeux l'homme dirigeant la taverne....Epuisée, elle finit par s'avachir sur le premier banc près de la porte, et ne se rendit même pas compte qu'elle avait bousculée son voisin qui ne manqua pas de lui faire savoir...

Louane faisait alors sa première rencontre en dehors de sa tour dorée...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Organisateur
Organisateur
avatar

Nombre de messages : 937
Age : 40
Date d'inscription : 30/09/2006

MessageSujet: Re: Panique à Thiercelieux 12   Mar 1 Avr - 7:16

Une nouvelle journée se leva sur le beau village de Thiercelieux.

Pyrophyle faisait ses ablutions dans la Thierce, la rivière en contrebas du village.

Il avait - curieusement - paisiblement dormi la journée et la nuit dernière, tout comme son capitaine.
Il est vrai que les nuits précédentes avaient été très agitées... et Pyrophyle redoutait en connaissance de cause ses petits moments de calme avant le regain de tempête.

Pour autant personne n'avait été dévoré cette nuit.
Certes quelques cadavres étaient découvert fortuitement, pour la joie et les bonnes affaires du croque-mort, mais leur mort remontaient à quelques nuits et c'est justement l'odeur qui permettait de les retrouver, souvent en plusieurs morceaux.

Après avoir fait sa prière du matin, l'inquisiteur parcourut le village et s'arrêta devant le panneau d'affichage de la mairie. Il aimait à s'imprégner, disait-il, de la vie du village : ses offres d'emploi, ses messages publics, ses festivités.


Par la corne du mâlin ! Qu'est-ce que c'est que ce torchon ??! jura-t-il, avant de se signer par réflexes.

Ses yeux venaient de parcourir l'affiche écrite par son capitaine. Sans un mot de plus, l'inquisiteur fonça vers l'église d'un pas qui eut ébranlé un pilier de comptoir de taverne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://animations-rr.forum2jeux.com
SednaX

avatar

Nombre de messages : 703
Pseudo RR : Houhou, c'est SednaX ^^
Date d'inscription : 09/01/2007

MessageSujet: Re: Panique à Thiercelieux 12   Mar 1 Avr - 10:34

"Aaaaaaïeuh !"

Et voilà ... Tous les matins c'était pareil, réveillé par la douleur dans son bras au moment où il se tournait du côté droit ... Voilà une chose intéressante tout de même, cela signifiait que tous les matins apparemment sans exception, dans son sommeil, il se tournait du côté droit ... Cela avait-il une explication quelconque ? Une signification ?

Tout en réfléchissant à cela -chose inhabituelle car il réfléchissait rarement à son propre cas, celui des autres l'intéressant plus- il s'habilla puis prit un petit déjeuner copieux. La veille, il avait réussi à trouver une belle miche de pain et aujourd'hui, il pouvait la manger avec la crème qui s'était formée à la surface de son reste de lait. Et il lui restait même assez d'écus pour en racheter une autre s'il le voulait. Mais il préférait économiser pour s'acheter un jour, peut-être, une seconde parcelle de terre. Il rangea donc l'argent avec ses autres économies, bien cachées quelque part chez lui, avant de s'en aller à la mairie pour trouver un emploi.

Parvenu là-bas, il vit la fameuse lettre que le capitaine avait accrochée la veille. Intrigué, il l'observa minutieusement ... La question était : était-ce lui-même qui avait écrit cela, ou avait-il juste affiché une lettre de l'inquisiteur lui-même ? Dans les deux cas, la question suivante était : on pouvait donc atteindre ce rang haut placé sans pour autant savoir écrire .... En y réfléchissant, il se dit que si l'inquisiteur avait écrit cela lui-même, il aurait très certainement signé de toutes ses -sans aucune doute- nombreuses signatures ou tout du moins de son nom. Il en déduisit donc que pour être capitaine, rien n'obligeait à savoir écrire.

Mais finalement, le plus intéressant sur cette annonce, n'était pas tant l'écriture que le nom d'une candidate à la municipalité ... Noémina, tiens donc ... Et apparemment son mari ne semblait pas revenu. Il passerait la voir dans la journée, comme il se l'était promis la veille. Sitôt qu'il aurait trouvé et rempli un emploi pour la journée.

Il chercha donc à nouveau parmi les petites annonces d'emploi, qui se faisait plus rares aujourd'hui ... Par contre, il nota la mise en vente de certains champs supplémentaires ... Ces personnes souhaitaient donc quitter le village, mais n'étaient quand même pas suffisamment effrayées pour laisser leur biens.

Aujourd'hui, il alla tenter sa chance dans un champ de blé à semer. Mais avant de se rendre chez le propriétaire, il s'approcha du jeune garde qui aimait bien lui parler. C'était rare que tous les gardes ou presque soient en activité sur la place en même temps. En discutant quelques minutes avec le jeune, il apprit ainsi qu'il n'y avait eu, semble-t-il, aucune victime la nuit passée. Ceci dit, les lycans s'ils ont une once d'intelligence, avaient dû faire une pause. Ils avaient perdu 4 membres de leur clans déjà et la veille, ils avaient mangé à satiété, d'après le nombre de cadavres déchiquetés retrouvés ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Trokinas

avatar

Nombre de messages : 42
Date d'inscription : 25/03/2008

MessageSujet: Re: Panique à Thiercelieux 12   Mar 1 Avr - 12:04

Une ruelle obscure.... un gémissement provenant d'un corps couché sur le sol... Un gémissement de douleur.

Trokinas se leva et mit la main sur son crâne. Encore une fois, l'alcool ingurgitée la veille lui rappelait que son organisme avait des limites physiques et qu'il les franchissait sans aucune mesure.

Il se gratta la tête puis le front, ouvrit les yeux au prix d'un effort surhumaint, et fut surpris de constater que le village était désert.

Il essaya d'estimer la position du soleil, et se rendit compte qu'il s'était levé plus tôt que d'habitude

Il regarda les cadavres... de bouteilles près de lui. Aucune n'avait encore un peu du précieux liquide tueur de souvenir en lui. Il s'assit et eut l'impression de ressentir la rotation terrestre. Il ferma les yeux, puis décida de se lever.

L'avantage en étant dans cet état là, c'était que son attention était fixée sur la douleur et non sur ses souvenirs. Avant qu'il ne se mette à boire, il se passait environ 1 ou 2 minutes où il ne se souvenait pas que sa femme était morte. Puis, la réalité le rattrapait et le frappait de plein fouer. Le désespoir l'envaghissait chaque matin avec un sentiment d'impuissance phénoménale. Au moins, maintenant, il ne pensait qu'à une chose : faire en sorte que son crâne ne s'ouvre pas en deux.

Il se leva, puis commença à se déplacer vers le centre du village. Il dégageait une odeur digne des meilleurs charognes. Il mit les mains dans ses poches et constata qu'il ne lui restait plus aucun écu : il allait donc devoir travailler pour se payer sa drogue. Il alla donc vers la place pour essayer de trouver une annonce. Il chercherait quelqu'un qui voulait tuer un cochon, et son savoir faire n'aurait pas besoin qu'il réfléchisse à ce qu'il faisait.

Il passa devant un homme en train de discuter avec un garde. Il se souvenait de cet homme : il passait son temps à fouiner partout et tout le temps. Il le regarda avec étonnement. Cet homme ressemblait à un enfant qui venait de trouver un nouveau jouet. Cela signifiait donc qu'il existait une énigme à résoudre en ville pour ce personnage en mal de mystères.

Trokinas arriva devant le panneau d'affichage : il lut les annonces et fut surpris de constater qu'il n'y avait plus de maire dans le village. Ce village possédait un taux de mortalité énorme. Puis, comme dans un brouillard, quelques bribes de conversations lui revinrent en mémoire : il existait des Lycans en ville qui tuaient.

Peut être qu'il aurait la chance d'être une de leur victime?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Walex

avatar

Nombre de messages : 519
Pseudo RR : Walex, Bernardo, Jill, Téo, Spéculoos, Hamm, Fleurette, Shalmersby, Hilare, Khr, Lom
Date d'inscription : 01/10/2006

MessageSujet: Re: Panique à Thiercelieux 12   Mar 1 Avr - 14:50

Ce matin là, les dernières victimes trouvées n'avaient pas mis le croque-mort en appétit.
- Dans leur état, je crois qu'ils sont bien morts. Heure du décès : Dans la nuit, certainement entre 3 et 4 heures. Je ne sais par contre pas depuis combien de jour. Mettons leurs décès sur le comte des lycans. Assistant, ouvrez les fenêtres s'il vous sied, ça commence à sentir le mort ici.
- Mais je ne suis pas votre... commença à objecter le simple paysan, mais trop tard.
Hilare longea les murs en réfléchissant. Trop de morts... certes cela profitait à son petit commerce, mais tous d'un coup, c'était plutôt inquiétant pour son avenir professionnel. Peut-être devra-t-il penser prochainement à une reconversion ?

Il passa derrière Trokinas occupé à lire le panneau d'affichage, et lui lâcha simplement :

- Alors, toujours hésitant à venir prendre rendez-vous ?
Peut-être pas l'idéal pour détendre l'atmosphère.

Il tomba rapidement sur Guyl.
Pile la personne qu'il cherchait :En mêlant leurs observations communes, peut-être arriveront-ils ensemble à en déduire les assassins avant qu'il ne soit trop tard ? Il se hâta de lui proposer un petit partenariat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Trokinas

avatar

Nombre de messages : 42
Date d'inscription : 25/03/2008

MessageSujet: Re: Panique à Thiercelieux 12   Mar 1 Avr - 15:01

Trokinas entendit la réflexion du croque mort, et bien sûr cela ne lui fit pas rire, bien au contraire.

En effet, cela lui fit l'effet d'une claque. Quand quelqu'un est au fond de l'abime, il en arrive à imaginer qu'il veut mourir. Mais c'est une chose d'en avoir envie, s'en est une autre que de passer à l'acte.

Souvent, de nombreux hommes font des pieds de nez à la mort. Mais une fois qu'ils la regardent dans les yeux, ils prennent conscience qu'ils n'ont pas tant que cela envie de danser avec elle.

Il se retourna et prit conscience que le Croque mort avait été le messager de son amante : la faucheuse. Il se prit à penser que peut être qu'il y a avait autre chose à faire que d'attendre la mort, et surtout de la trouver en compagnie de bêtes musclés et velues.

Mais alors subitement se posait la question : "Qui étaient ces loups?"

Trokinas s'approcha alors des deux hommes qui semblaient sur le point de discuter. Peut être arriverait-il à en apprendre un peu plus?

Puis il prit conscience également que le maire du village était une aubaine pour un loup garou : nul doute que cette place représentait du pouvoir. Alors un Lycan qui la prenait..... Donc, il fallait qu'il essaye de savoir qui était candidat.

Il venait de donner un coup de pied pour remonter à la surface..... Mais en aurait-il le temps?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ève-angèle

avatar

Nombre de messages : 9
Date d'inscription : 15/03/2008

MessageSujet: Re: Panique à Thiercelieux 12   Mar 1 Avr - 16:19

Elle s'était couchée dans le noir et se réveilla dans le noir.
Comme toujours.

La nuit avait été atroce, comme toujours, mais elle avait fini par s'endormir.
Elle tâta son bandeau, c'était sec, ivre de sommeil elle n'y avait plus touché...
Elle se leva, du côté droit du lit, nue, comme à chaque fois.
Elle suivit le lit et se dirigea ensuite vers la gauche, elle fit les trois pas qu'elle avait compté la veille et trouva la bassine d'eau sur le buffet, tâta sur la gauche son sac et en sorti une robe propre et son deuxième bandeau.

Elle prit à la gauche de la bassine sa robe de la veille, la fit tremper dans l'eau et sortit de son sac le morceau de savon qu'elle avait acheté dans le village précédent.

Elle frotta sa robe doucement le temps de chanter 8 fois la comptine que lui chantait sa maman.
Elle l'essora, plusieurs fois...

Elle la plaça sur la barre, au pied du lit, afin qu'elle sèche.
Elle revint à la bassine, détacha son bandeau... le sang séché collait encore un peu et dût lui arracher quelques cils...

Elle déposa le bandeau dans l'eau et le savonna une première fois. Elle le lava pendant 10 comptines.
Elle l'essora et recommença l'opération encore deux fois.
Elle voulait être sûre.

Elle le fit sécher à côté de la robe.

Elle fit sa toilette avec le broc d'eau propre qu'elle avait demandé de placer derrière la bassine.
Elle se sécha, s'habilla, et noua le bandeau propre en haut de son visage.

Elle prit son sac, son baton, trouva la porte et sortit.
Elle fit tourner la clé dans la serrure et glissa la clé dans son sac.

Elle longea le mur sur sa droite, passa la chambre de la soeurette, jusqu'à l'escalier, qu'elle longea jusqu'à arriver dans la salle.
Elle retrouva le bar, à gauche et en fit le tour.
Elle trouva un siège, s'installa et commanda une tisane ainsi qu'un morceau de pain.
Le tavernier lui apporta un pichet d'un liquide doucereux qu'elle prit grand soin de verser dans le bol, son doigt servant d'avertisseur de niveau atteint.
Elle mâcha consciencieusement son pain.
Elle salua le tavernier et sortit de la taverne, précédée de son bâton qui allait et venait, de droite à gauche.
Pas de tabouret oublié...

Elle sortit, se guida au bruit et arriva, après deux ou trois renseignements demandés aux autochtones, sur la place de la mairie.
Elle réussit à se faire indiquer une poutre sur laquelle elle pourrait s'asseoir. Elle sortit un vieux parchemin de la poche avant de son sac et le plaça sur le sol devant elle.


Citation :
Bonjour,
Je m'appelle Eve-Angèle, je suis aveugle et ne vous suis donc d'aucune utilité pour quelques travaux que ce soit.
Je peux néanmoins faire la conversation aux uns et aux autres et serais ravie que vous puissiez me laisser quelques piècettes dans la coupelle sous ce parchemin.

Elle plaça la coupelle de façon à ce qu'elle tienne la feuille en cas de coup de vent et attendit l'heure où le soleil serait au plus haut.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SednaX

avatar

Nombre de messages : 703
Pseudo RR : Houhou, c'est SednaX ^^
Date d'inscription : 09/01/2007

MessageSujet: Re: Panique à Thiercelieux 12   Mar 1 Avr - 18:34

Alors qu'il s'était apprêté à aller travailler, Guyl avait été intercepté par le croque-mort. Celui-ci lui avait proposé un partenariat de réflexion, d'après ce qu'il avait compris. Il voulait qu'ensemble, ils découvrent les assassins.

Guyl avait écouté patiemment, tout en observant attentivement son interlocuteur pendant que l'un des deux plus célèbres clochards du village s'était approché, marchant presque droit pour une fois, nota Guyl. Cela traduirait-il un imperceptible changement ? Habituellement, il marchait le dos voûté, légèrement courbé en avant, comme portant le poids de la misère du monde sur les épaules ... Là, il semblait s'être redressé, les épaules presques droites et la tête dans leur direction quand elle regardait au sol ces derniers temps.

Mais ses réflexions le ramenèrent à ce que disait le croque-mort et enfin, il réagit en prenant la parole :


"Des assassins ? Je crains qu'il ne nous faille pas partir dans cette direction. D'après ce que je sais, un lycanthrope, lorsqu'il se trouve sous sa forme humaine, n'a aucune idée de ce qu'il est la nuit, lorsqu'il se transforme en monstre. Donc nous ne pouvons parler d'assassin mais seulement de prédateur à mon avis. Ces monstres chassent pour se nourrir, comme le loup chasse le chevreuil ... Nous ne sommes que de la nourriture pour ces bêtes qui, une fois le jour levé, sont comme nous, de pauvres proies effrayées ...

Je pense qu'il faudrait commencer notre enquête dans votre atelier, en regardant de plus près quelles personnes ont été dévorées, où on les a retrouvées, et en quelque sorte, "quoi" a été mangé sur elles. Je suis presque certain que cela pourrait nous apporter des indications sur ceux qui se transforment en monstre la nuit.

Car d'après ma théorie, s'il est vrai qu'un humain ne sait pas qu'il est un lycan, je suis persuadé que le lycan une fois transformé garde une part d'homme au fond de lui et que dans sa rage, la colère de l'humain, sa haine, sa rancune, tous ces sentiments négatifs et violents, sont libres de s'exprimer. Et cela se traduit peut-être par un acharnement sur un ennemi ou quelqu'un de détesté ..."

Tout en parlant longuement -quand il partait dans ses théories, il avait du mal à arrêter sa réflexion en cours- il vit la jeune femme aveugle de la veille sortir de l'auberge puis s'assoir sur un banc de la place du village et poser au sol une feuille de parchemin et une coupelle. Il fut intrigué par ce manège car de là où il était, il ne pouvait lire le parchemin, mais il n'en termina pas moins sa conversation avec le croque-mort et le désespéré comme spectateur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Trokinas

avatar

Nombre de messages : 42
Date d'inscription : 25/03/2008

MessageSujet: Re: Panique à Thiercelieux 12   Mar 1 Avr - 18:48

Trokinas avait écouté très attentivement les explications de l'homme-qui-espionnait-tout.

Il décida donc de s'approcher tout de même. Si ceux là voulaient savoir ce qu'il se passait.... a moins que cela ne soit un stratagème? Il s'arréta donc dans son premier élan, puis la curiosité fut la plus forte.


Excusez moi?

Les deux hommes se retournèrent.


Je ....

Visiblement, ne plus parler à autre chose qu'à des bouteilles ces derniers temps avait sérieusement diminué les capacités d'élocution de Trokinas. Il se racla la gorge.

Je voulais savoir... Vous dites qu'un Lyc... un Loup Garou garde un peu d'humanité au fond de lui. Je me pose une question, et vu que vous avez l'air de bien connaitre le sujet, je me permets de vous la poser : le contraire est il vrai?

Trokinas prit conscience que son odeur indisposait ses interlocuteurs. Pourtant, l'un deux était croque mort. Il fit alors un pas en arrière histoire de ne pas les déranger olfactivement parlant.

Je voulais aussi savoir.... enfin, ... ne le prenez pas mal... mais comment savez vous tout cela et surtout, est-ce que cela peut nous permettre de découvrir qui se cache derrière ces tueries?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Opale

avatar

Nombre de messages : 240
Pseudo RR : Opale, dans une autre vie, dans une autre ville ^^
Date d'inscription : 15/10/2006

MessageSujet: Re: Panique à Thiercelieux 12   Mar 1 Avr - 20:21

Quand Noémina se réveilla ce matin-là, le soleil était était déjà levé depuis un bon moment.
Elle avait mal au crâne et aux yeux. Elle se sentait fourbue.

Après une longue minute pendant laquelle elle s'était acharnée à soulever ses paupières gonflées, elle finit par s'asseoir dans le lit.
Elle s'appuya contre l'oreiller glissé dans son dos et repensa à la journée de la veille: le départ ou plutôt la fuite de Huc et sa mère; la discussion avec le curé; l'annonce de la mort du maire et la recherche d'un nouveau; son petit tour à l'Auberge.

Elle avait bu, plus que de raison, d'où son mal de tête.
Elle avait eu la surprise de voir quelques personnes qui se faisaient rare en public, comme Trokinas, le veuf éploré.
Lui au moins, s'il était seul ce n'était pas parce que sa femme l'avait abandonné mais parce que la malheureuse était morte.

A cette pensée, elle se remit à pleurer, et se recoucha . Elle avait bien le temps de mettre le nez dehors et de voir la vie suivre son court....sans Huc.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SednaX

avatar

Nombre de messages : 703
Pseudo RR : Houhou, c'est SednaX ^^
Date d'inscription : 09/01/2007

MessageSujet: Re: Panique à Thiercelieux 12   Mar 1 Avr - 21:08

L'homme désespéré-mais-sur-le-retour s'était finalement décidé à se joindre à la conversation. Il semblait vouloir s'approcher tout en ayant tout de même reculé d'un pas pendant son court monologue. Guyl observa attentivement son attitude hésitante, son manque de confiance résultant de ce qu'il était devenu. Peut-être cette histoire allait-il l'aider à sortir du gouffre ... ou peut-être pas. Guyl prit le temps d'écouter jusqu'au bout avant de répondre :

"Ce que je sait, c'est beaucoup dire. J'ai lu comme beaucoup, des livres sur ces monstres, et diverses choses. Je ne sais rien, je spécule beaucoup, j'émets des hypothèses, je fonde des théories.

La croyance populaire veut que les lycans, lorsqu'ils sont humains, n'ont aucune idée de leur nature démoniaque, ils se croient parfaitement humains comme vous et moi. Ma théorie selon laquelle un lycan garderait une part d'homme au fond de lui n'est qu'une théorie, justement, basée sur le fait qu'avant de devenir un lycan, tout homme a forcément été un homme tout court. L'homme était là le premier et s'il peut ignorer sa nature profonde de bête lorsqu'il en est devenue une, j'aime à croire que la nature humaine ne disparaît pas tout-à-fait aussi facilement sous la nature monstrueuse.

Cependant, vous devez bien comprendre que finalement, je n'en sais guère plus que les enfants qui ont lu de nombreux contes sur ces monstres, car personne n'a jamais pu les étudier, on comprend aisément pourquoi ! Il est vrai que j'en ai vu un de près, de très près, il n'y a pas si longtemps -il passa inconsciemment sa main gauche sur son bras droit- mais par la plus grande des chances, il a été chassé avant que je n'ai eu le temps de faire plus ample connaissance avec lui ou ses dents géantes."

Il frissonna à l'évocation de l'image de la machoire de cette bête immonde penchée sur lui, qui avait malencontreusement trébuché en voulant lui échapper. Il remerciait tous les soirs Aristote que le piège ait fonctionné ce jour là et que la dizaine de fourches et d'instruments coupants, contondants, pointus et piquants aient eu raison de la bête et l'ait faite fuir à temps.

"Mais il nous faut bien démarrer quelque part, n'est-ce pas ? Et cette théorie est finalement tout ce que nous avons pour nous débarrasser d'eux pour l'instant. Sauf si quelqu'un a quelque chose de mieux à proposer, mais jusqu'à présent, même la garde inquisitoriale n'a pas réussi à nous débarrasser de ces bêtes, hein ! Alors ma foi ..."

L'heure passait. Jusque là, personne n'avait daigné s'arrêter près de la jeune aveugle, la faute sans doute au fait que très peu de villageois osaient sortir de chez eux. Et qui plus est, Guyl n'avait toujours pas gagné sa croûte du jour. Et il devait encore rendre visite à Noémina. Il surveillait l'avancée du soleil dans le ciel tout en parlant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Trokinas

avatar

Nombre de messages : 42
Date d'inscription : 25/03/2008

MessageSujet: Re: Panique à Thiercelieux 12   Mar 1 Avr - 21:33

Trokinas ne répondit rien à la longue leçon que venait de proférer l'homme en face de lui. Cela l'intimidait et lui inspirait un peu de peur.

Pourquoi de la peur? Et bien parce qu'il avait entendu dire dans les vieilles chaumières par les vieilles grands mères que quand un Loup Garou mord quelqu'un, celui-ci devient lui aussi une crétaure démoniaque. Donc si l'homme avait eu un contact "près très près" cela voulait il signifier qu'il avait été mordu et donc probablement contaminé?Et puis, cet homme avait un contact un peu étrange : il regardait beaucoup, épiait beaucoup puis finalement prenait un ton professoral. Cela n'était-ce pas une certaine forme de chasse et de domination tel le prédateur tant craint et recherché?

Heureusement, l'ancien éleveur de cochons et mari ne se laissait pas avoir par les apparences. Et puis, ne dit-on pas qu'il faut bien connaitre son ennemi?


Bien... vous ... vous devez avoir raison. Je me permets de me présenter, je me nomme Trokinas, je pense que nous devrions nous entre aider afin de pouvoir trouver la bête qui rode en ville, non?

Puis, il regarda ses interlocuteurs et notamment le croque mort qui n'avait encore rien dit, mais il n'alla pas jusqu'à tendre sa main crasseuse pour les saluer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Walex

avatar

Nombre de messages : 519
Pseudo RR : Walex, Bernardo, Jill, Téo, Spéculoos, Hamm, Fleurette, Shalmersby, Hilare, Khr, Lom
Date d'inscription : 01/10/2006

MessageSujet: Re: Panique à Thiercelieux 12   Mar 1 Avr - 22:12

Enchanté, Sieur Trokinas dit-il en insistant sur le mot "sieur" pour lui témoigner sa considération - car malgré son caractère cynique, il savait apprécier les gens autrement qu'en se contentant de juger leurs réputations ou leurs possessions. Pour lui, tout le monde meurt seul, et se retrouve nu devant le croque-mort, quelle que soit sa personne. De plus, l'heure n'était plus à la rigolade.
- Nous avons justement besoin d'un petit coup de main, continua-t-il, vous devriez également être expert quelque-part, et pouvoir mettre à contribution vos qualités. Votre aide ne sera certainement pas de trop !

Il se tourna vers son premier interlocuteur :
Guyl, je veux bien vous ouvrir les portes de mon atelier, mais je préfère vous prévenir, ce que vous y trouverez en écœure plus d'un. Cependant, je peux déjà vous confirmer que la majeure partie de mes "patients" ont été massacrés par ces lycans... mais il y en a d'autres qui ont trouvé la mort de manières bien différentes. Je suspecte la présence d'un vampire, et ai noté la présence inhabituelle de rats dans le coin, peut-être sont-ils vecteurs de quelques maladies... Vous êtes naturellement le bienvenu en mon atelier, donc, mais n'y perdez pas trop votre temps, j'y suis le maître, et par là, je veux dire que je suis le plus compétent, sans vouloir vous offenser naturellement. Si j'ai besoin de vous, c'est pour vos yeux. Vous êtes très physionomiste, et vous avez un très grand sens de l'observation. De plus, j'ai toujours eu l'impression que vous savez comprendre les gens, les vivants je parle, au moins autant que je comprend les morts.

Il s'arrêta un instant, puis continua :
- Pour l'heure, je suggère d'établir la liste de tous les principaux suspects que nous avons en ce village - nous y compris, car si je vous ai bien compris, Guyl, nous sommes également des loups-garous potentiels. Etablissez cette liste, mais.. continua-t-il en se tournant vers Eve-angèle, vous pouvez d'ores et déjà exclure cette demoiselle. Avec son handicape, cela m'étonnerait qu'elle soit à l'origine de tout ce mal, et puis elle me semble si innocente...

S'agenouillant à hauteur d'Eve-Angel, et s'adressant à elle :
- Puisque vous désirez tant converser à vos contemporains, permettez-moi de vous emprunter vos oreilles. Pourriez-vous vous rendre utile en nous rapportant ce que vous entendrez par-ci par-là ? Vous serez alors de la plus grande utilité, contrairement à ce que vous semblez penser.

Il la prit délicatement par le bras, l'incitant à se lever les rejoindre. Puis, à Trokinas :
- Quand à vous, A nous quatre, nous devrions former une bien belle équipe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charles-Edouard

avatar

Nombre de messages : 173
Date d'inscription : 11/01/2007

MessageSujet: Re: Panique à Thiercelieux 12   Mar 1 Avr - 23:54

Après leur longue promenade dans leurs terres, la Duchesse Johane de Caillouville et Louis avaient rejoint la jeune Anne Dorothée qui était restée avec la nourrice au château. Ils avaient pris le repas du soir ensemble et avaient dégusté un feuilletée de jambon aux noix accompagné d'une salade de jeunes carottes que leur avait préparé Hermine, l'épouse de Gontrand.

Après avoir commenté les rencontres de la journée avec Louis, la duchesse Johane fit quelques pas dans l'allée principale pendant que la nourrice endormait les enfants.

Elle rejoignit Gontrand qui travaillait encore et s'affairait autour des chevaux.


Gontrand, demain, vous vous rendrez à l'auberge du village et me ferez réserver une chambre. Je compte y séjourner durant mon mandat de maire. Faites bien nettoyer la chambre surtout. Et puis prenez également une chambre pour Hermine, elle m'accompagnera.

Elle appela ensuite Hermine afin qu'elle fasse les malles.

Vous préparerez également votre malle, Hermine, j'aurai besoin de vous là bas.


Une fois les ordres donnés, elle alla se coucher.

Au petit matin, Gontrand se rendit à l'auberge du village pour réserver une chambre pour la duchesse et une autre pour Hermine. Il informa l'aubergiste que la duchesse arriverait dans l'après midi afin de prendre ses fonctions.

Il n'insista pas plus, devant le regard ahuri de René, se disant que la duchesse devait bien savoir ce qu'elle faisait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SednaX

avatar

Nombre de messages : 703
Pseudo RR : Houhou, c'est SednaX ^^
Date d'inscription : 09/01/2007

MessageSujet: Re: Panique à Thiercelieux 12   Mer 2 Avr - 9:53

Une fois parvenus dans l'atelier du croque-mort, les trois compères s'aperçurent que, malgré l'heure du repas qui était arrivée, ils n'avaient aucunement faim. L'odeur seule suffisait à retourner un estomac solidement attaché. Guyl se dit que le croque mort était soit vraiment bien accroché, soit peut-être qu'il n'avait aucun odorat ...

Celui-ci souleva un à un les draps recouvrant les morts, afin que chacun puisse reconnaître ceux-ci. Guyl réprima un haut le coeur et s'approcha de l'un d'entre eux puis déclara :


"Celui-ci est certainement mort depuis moins de deux jours, qui est-ce ?"

Il regarda ce qu'il restait du visage de plus près pour le reconnaître :

"Ah c'est le poète ... Oui c'est vrai que vous aviez annoncé que la place était à prendre ... Mais je doute que quiconque ici ait la sensibilité d'âme de cet homme et puisse le remplacer aussi bien ..."

Sous le regard interrogateur du croque-mort, il fini par expliquer :

"Oui, moins de deux jours, regardez la plaie dans sa jambe, vous voyez ces nombreuses toutes petites boules blanches ? Ce sont des oeufs d'une certaine espèce de mouche. Elles se nourrissent de cadavres durant le premier jour, tant que la chaire est encore fraîche, si je peux dire. Puis elles pondent à même leur nourriture et ces oeufs mettent exactement deux jours à éclore. Ils donnent naissance à des larves qui passent encore deux jours à se nourrir de la chaire en putréfaction avant de se transformer en mouches à leur tour et de s'envoler. C'est assez fascinant à observer ..."

Il leva la tête et s'aperçut de l'air quelque peu dégoûté des personnes l'entourant ...

"Que voulez-vous ... Autrefois, j'avais un élevage de vaches et un matin, je les ai découvertes toutes mortes en même temps, certainement de maladie. C'était une catastrophe parce que je n'avais pas encore rentabilisé leur achat ... J'ai donc passé plusieurs jours à me morfondre en regardant les cadavres se décomposer et j'ai pu observer cela ... Depuis et tout le temps qu'à duré mon élevage, j'ai constaté l'exacte précision de l'évolution de ces mouches à chaque fois qu'une de mes bêtes mourrait de maladie. Bon, depuis, j'ai changé mon champ et ai opté pour des légumes, ça demande moins d'investissement et moins d'entretien, mais c'est aussi moins passionnant à étudier ! Enfin, revenons-en à nos moutons si je puis dire ..."

Et voilà, si les autres ne le prenaient pas déjà pour un marginal, là c'était foutu. Enfin, cela ne lui importait pas, de toute façon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Trokinas

avatar

Nombre de messages : 42
Date d'inscription : 25/03/2008

MessageSujet: Re: Panique à Thiercelieux 12   Mer 2 Avr - 11:02

Trokinas avait suivi les deux hommes et la femme.

Quel étrange endroit que cet atelier de croquemort. Il régnait en ces lieux une odeur pestilentielle, même pour un ancien éleveur de cochons.

Lorsque Guyl fit son discours explicatif sur son ton professoral, cela en fut trop... Trokinas sortit prématurément et répandit son contenu gastrique sur le beau champ situé derrière l'atelier.

Il ne comprenait pas qu'on puisse tenir le coup face à ces horreurs, dont il ne voyait d'ailleurs aucunement l'interet : comment examiner des cadavres pourraient les aider à trouver le tueur?

Il revint, avec un léger vertige, prix à payer de tous ces jours où son alimentation était surtout constituée de liquide alccolisé. Il se fit même la réflexion morbide que son contenu gatsrique pourrait servir de preuve pour témoigner qu'il n'était pas un Loup Garou, mais bon, cette pensée ne fit que l'éfleurer.

Puis il revint dans le petit groupe, et se mit à l'écart, à portée de voix des deux "experts" dont un seulement était le professionnel mais en prenant soin de ne pas pouvoir voir le spectacle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Icka Prick

avatar

Nombre de messages : 266
Pseudo RR : Quantum/Maggot Brain/Rumpofsteelskin/Sir Nose D'Voidoffunk/Psychoticbumpschool/ Giggle and Squirm/
Date d'inscription : 17/04/2007

MessageSujet: Re: Panique à Thiercelieux 12   Mer 2 Avr - 12:32

Giggle et Squirm se baladaient en ville.
Elles s'étaient couchées tot la veille et avaient encore trainé une partie de la matinée.
Peu de monde hélas ne les engageaient pour du travail et elles avaient de toute façon peu de besoin d'argent. Elles tissaient des vetements à l'occasion et les confiaient à la vieille qui les vendais plus facilement.
Elles gagnaient surtout leur vie avec les hommes.
C'est fou ce qu'on peut avoir comme succès quand on a deux têtes.
Mais ce succès bien sur restait classé confidentiel.

Les rues de Thiercelieux étaient bien vides.
Enfin elles revirent l'aveugle entraperçu la veille.
Elles lirent son panneau et décidèrent de la prendre au mot.

Bonjour !
Je me nomme Giggle.
Et moi c'est Squirm.
Nous sommes soeur.
Et nous aimerions avoir le plaisir que tu nous fasses la conversation.


Giggle lui donna 20 écus.

En voilà pour la journée.

Giggle lui pris la main.

Nous sommes enchantés de te rencontrer.
Excuses nous si nous ne te serrons pas 2 fois la main, mais nous les partageons.

Eve Angel, comme le font souvent les aveugles, toucha le visage de Giggle, puis celui de Squirm. Un petit mouvement de surprise sur ses lèvres leur fit comprendre qu'elle avait "compris" à qui elle avait à faire.

Et oui tu as compris.
On est siamoises de mère en fille.
On est siamoises qu'on se le dise.
Nous vivons ensemble sous le même toit
Car ce qui est à toi est aussi à moi !
Hihihi.
As tu mangé ? Nous, nous avons faim et puisque c'est nous qui payons, nous t'invitons à déjeuner.
Aidons la à se lever Giggle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ève-angèle

avatar

Nombre de messages : 9
Date d'inscription : 15/03/2008

MessageSujet: Re: Panique à Thiercelieux 12   Mer 2 Avr - 14:39

Elle écoutait les conversations des uns et des autres alentours, sans y prêter plus attention que cela. L'une d'elle réunissait trois hommes. il y a avait le "je vous réuni dans mon intérêt", le "je regarde tout ce qui se passe autour de moi" et le "aimez moi ou je saute"... Elle ne jugeait pas, elle ne faisait que constater.

Le premier s'approcha d'elle et, avant même qu'elle ait eu le temps de répondre, il se saisit d'elle et l'invita fermement à l'accompagner... Elle se débattit un peu, réussit à prendre, à taton, sa coupelle et son mot et se laissa entraîner.

Elle écouta l'homme souhaiter qu'elle soit ses oreilles...


Messire, vous me voyez ravie que vous sollicitiez mon aide... je serais attentive, soyez en sûr... Malheureusement... comment vous dire... je n'ai plus que quatre sens et je dois vous avouer que j'essaye d'en prendre soin et de me les réserver un tant soi peu. En outre, je ne suis peut-être que de passage.
Je dois vous laisser, je dois absolument faire quelque chose, au plaisir de vous recroiser, messieurs...


Elle se tourne vers "celui qui regarde tout ce qui se passe autour de lui".

Cher monsieur, vous avez déjà été mon guide, hier soir, peut-être pouvez-vous me raccompagner sur le banc d'où vous m'avez, les uns et les autres, enlevée ?

L'homme le fit sans trop faire d'histoire.
A peine rassise, que deux femmes vinrent la trouver.
Elle se montrèrent généreuse et elle n'eut pas le temps de les remercier tellement elles babillaient.
C'est alors qu'elle se rendit compte, que ces deux femmes ne faisaient qu'une. Elle en fut fort étonnée. Elle aurait bien aimé voir ça... rien qu'à toucher, ça faisait bizarre... un monstre... elle rit intérieurement... ça faisait longtemps.
Elles lui proposaient de lui offrir à manger


Merci mesdemoiselles ! C'est avec plaisir.

Elle prit l'argent qu'elle compta en s'en saisissant, elle rangea son parchemin et la coupelle dans son sac.

Pourriez-vous m'accompagner au centre de la place, avant cela ?

Elles le firent.
Elle leva les yeux vers le ciel, tourna, sans bouger, jusqu'à avoir fait le tour complet.
Elle sourit.

Elle se tourna vers les deux soeurs curieuses...


Ce n'est pas encore le jour ! Donc, je vous suis !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Walex

avatar

Nombre de messages : 519
Pseudo RR : Walex, Bernardo, Jill, Téo, Spéculoos, Hamm, Fleurette, Shalmersby, Hilare, Khr, Lom
Date d'inscription : 01/10/2006

MessageSujet: Re: Panique à Thiercelieux 12   Mer 2 Avr - 14:45

Hilare était surpris des connaissances de Guyl. Ses talents d'observations étaient tout bonnement prodigieux ! Il attendit que Trokinas revienne de sa commission, puis commenta :
- Justement, concernant le poète, j'ai noté de petites marques sur son cou, assurément celles d'un vampire... par contre, je n'assurerai pas que le démon soit forcément encore là. J'ai souvent entendu parler de récits à propos de ces créatures, et apparemment, elles ont tendances à ne séjourner à Thiercelieux que peu de temps. Nous pouvons avoir affaire à un vampire... ou pas. Par contre, j'ai une nouvelle un peu plus réjouissante : j'ai vu passer beaucoup de cadavres ici ces derniers temps, vous imaginez. J'ai vu beaucoup de blessures par morsure, et ai eu la présence d'esprit de relever leurs empreintes. Cela s'est avéré payant ! Sur la multitude de morsures relevées, je n'en retrouve à présent plus que deux. J'imagine donc que nous n'avons affaires à plus que deux loups ! Tenez, ce sont celles-là, dit-il en leur montrant des croquis d'entailles sur un long parchemin en guise d'illustration. Nous avons leurs dents, il n'y a plus qu'à trouver à quelles mâchoires elles appartiennent ! Faisons notre liste, nous devons absolument trouver de qui il s'agit !

Au bas du parchemin, plusieurs noms furent peu à peu ajoutées, basées sur plusieurs critères tels que les alibis, les comportements suspects, ou bien encore l'état de leurs dents. Les trois compères ne manquèrent pas d'y inclure leurs propres noms.

L'équipe des experts a écrit:
- Ellias
- ève-angèle
- Giggle and Squirm
- Guyl
- Hilare Meuldore
- Johane
- Louane
- Noémina
- Trokinas
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Trokinas

avatar

Nombre de messages : 42
Date d'inscription : 25/03/2008

MessageSujet: Re: Panique à Thiercelieux 12   Mer 2 Avr - 15:02

Trokinas s'essuya la bouche avec le revers de sa chemise. En tout cas, elle n'était plus à cela près. Il regarda les marques laissées sur sa chemise, et la laissa retomber sans mettre les pans dans ce qu'il restait de son pantalon.

Il avait un léger vertige, mais bon, il s'en accomoderait. Il faillit défaillir en entendant le nouveau discours du croque mort.


Attendez, vous êtes en train de me dire qu'il y a deux Loups Garous, et que c'est une bonne nouvelle? Moi je croyais qu'il n'y en avait qu'un. Cela n'a rien d'une bonne nouvelle!!!

Et puis si j'ai bien compris, vous avez la trace des marques de morsure, mais je suppose qu'elle est différente sous forme de loup que sous forme humaine, donc cela va nous apporter quoi? Vous allez demander à tous les loups de prendre leur empreinte dentaire? Je trouve cela un peu tirer par les cheveux non? Et pourquoi vous rayez Eve Angèle? Parce qu'elle est aveugle? Mais qui nous dit que c'est le cas, et qui nous dit que sous forme de loup, son odorat ne lui suffit pas à repérer ses proies? Je vous trouve rapide en conclusion?. Et autre chose : n'est-ce pas un sacrilège que de découper des cadavres?

Après cette longue tirade de questions, Trokinas sentit ses jambes le trahir. On lisait une vraie peur panique dans ses yeux, et il s'affaissa. Il regardait les deux hommes comme un poisson sorti de l'eau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Walex

avatar

Nombre de messages : 519
Pseudo RR : Walex, Bernardo, Jill, Téo, Spéculoos, Hamm, Fleurette, Shalmersby, Hilare, Khr, Lom
Date d'inscription : 01/10/2006

MessageSujet: Re: Panique à Thiercelieux 12   Mer 2 Avr - 21:10

Voyant Trokinas s'effondrer, Hilare tenta de se pencher pour le rattrapper, mais ni ses réflexes ni sa souplesse ne lui permirent de le rattraper à temps. Il s'approcha néanmoins afin de vérifier son état.
- Ca va, juste un petit coup de fatigue j'imagine commenta-t-il, en jouant le médecin. Guyl, pourriez-vous m'apporter un petit peu d'eau pour cet homme ? Non, hum... non, pas de ce côté, mieux vaut laisser ces flacons tranquilles pour sa santé. Prenez-en plutôt dans cette petite bassine, l'eau y est propre, je vous remercie.

Il laissa l'homme reprendre ses esprits, puis lui mit la main sur l'épaule, et s'expliqua enfin.
- Messire, nous cherchons à trouver des indices. Oui, il y a plus d'un loup-garou en village, je puis le certifier, et en profite pour rappeler ma crainte concernant la présence d'un vampire. Si vous désirez que je continue mon étalage de malheurs, je peux ajouter la profusion subite de rats, qui sont de grands vecteurs de maladies, et la mort de notre maire. Il nous faut faire du ménage, et je comptais sur vous pour nous aider. Cherchons des indices, et ne succombons surtout pas à la confusion ! Concernant ladite Eve-angèle, je la crois saine, ou du moins, si vraiment elle était possédée par le démon, elle ne devrait être d'aucun danger à la vue de son handicape, je le crois sincèrement... Mais puisque vous insistez, je réinscrit immédiatement son nom à la liste.

L'équipe des expert a écrit:
- Ellias
- ève-angèle ève-angèle
- Giggle and Squirm
- Guyl
- Hilare Meuldore
- Johane
- Louane
- Noémina
- Trokinas

Il s'était levé afin de reprendre la plume. Il roula le parchemin, et noua un petit ruban tout autour.
- Tenez, Sieur Trokinas, je vous propose de prendre soin de ce parchemin, vous aurez l'importante responsabilité de la tenir à jour. Vous savez bien écrire, n'est-ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SednaX

avatar

Nombre de messages : 703
Pseudo RR : Houhou, c'est SednaX ^^
Date d'inscription : 09/01/2007

MessageSujet: Re: Panique à Thiercelieux 12   Mer 2 Avr - 21:35

Comme toujours, Guyl observait sans rien dire. Les émotions ressenties par cet homme étaient un très bon signe pour lui. Signe qu'il revenait à la surface. S'il avait toujours été au fond du goufre, tout cela lui aurait été complètement indifférent. Au moins là, il réagissait.

Une fois qu'Hilare lui eut confié le parchemin, Guyl s'approcha à son tour et déclara à la cantonnade :


"La journée est bien avancée, l'après-midi largement entamé va bientôt toucher à sa fin. Il nous faut songer à voir tous les habitants du village ou au moins le plus possible, pour voir un peu comment vont s'organiser les choses.

Pendant que nous parlions, une calèche est arrivée, la même qu'hier, je crois bien que la grande duchesse du coin va venir nous rendre une petite visite, il serait sûrement intéressant de savoir ce qu'elle a à nous dire. Après tout, ces terres lui appartenant, elle a peut-être une meilleure solution que l'inquisiteur."

Puis aidant Trokinas à se relever après qu'il eu avalé un peu d'eau non sans grimacer, il lui dit :

"Si vous n'avez pas trop peur, je peux vous proposer mon toit pour la nuit. A choisir, cela peut être un peu plus rassurant que de rester dehors, maintenant que vous avez décidé de ne plus vous laisser dévorer ... Vous avez d'ailleurs eu une sacré chance jusque là, il faut croire que nos amis les loups n'aiment pas la chaire imbibée d'alcool ou que vous sentiez trop fort pour eux ...

Cependant, si vous acceptez mon offre, j'y mettrai une condition : il faudra vous laver et mettre une chemise propre ! A vous de voir, tenez moi au courant."

Puis il se tourna vers les deux hommes et termina avant de quitter la pièce empuantie :

"Vous me trouverez à l'auberge, comme je vous l'ai dit. Rejoignez-moi si le coeur vous en dit ..."

Sans plus rien ajouter, il leva la main pour les saluer et sorti, respirant à pleins poumons l'air frais et doux de cet après-midi peu ensoleillé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ellias

avatar

Nombre de messages : 14
Date d'inscription : 29/03/2008

MessageSujet: Re: Panique à Thiercelieux 12   Mer 2 Avr - 22:00

L'ivrogne se réveilla. Une nouvelle fois, il ne savait pas ce qu'il lui était arrivé. Bizarre, il ne se souvenait pas avoir bu tant que ça. Cette fois-ci... il avait les idées un peu plus claires que d'habitude... oui, il devait avoir beaucoup moins bu que d'habitude, il en était sûr maintenant. D'un côté, ce n'était pas si mal... avec les bestioles qui trainaient dehors...

Arrêter l'alcool? Non !!! Il y tenait trop, c'était ce qui rendait ses journées plus... courtes. Par contre... il ne pouvait rester ainsi à vivre dans les rues, sans toit, et risquer de se faire dévorer. Son coeur se mit à battre plus fort à l'idée des risques qu'il avait pris jusque là... vivre seul dans les rues de Thierclieux, alors que toutes sortes de dangers y rodaient.

Cet instinct de survie qu'il ne soupçonnait pas l'avait envahi soudainement, lui qui pensait ne rien avoir à faire de cette vie de chien... à croire que non. Ah... maintenant ça allait lui gâcher la journée... il lui fallait trouver un abri où passer la nuit, il se mit donc en route pour trouver un endroit où s'abriter. Il aurait bien demandé de l'aide à quelqu'un... mais il avait une réputation de candidat à la mairie à tenir. Ah... pourquoi s'était-il présenté ici?

Il passa devant l'étal d'un de ces bons vendeurs de vin... ah... à la vue de ce doux breuvage, il ressentit une forte envie de le goûter... allez... tant pis, juste une petite bouteille, pour la route, il n'allait pas être trop ivre... il fouilla ses haillons, mais ne trouva aucune pièce. Ah !!!! on avait dû le détrousser encore une fois pendant son sommeil ! Tant pis, il avait trop soif maintenant. Et puis... il ne pouvait plus se contenter de prendre une seule bouteille, il allait être indésirable toute la journée sur le marché.

L'air désintéressé, il s'approcha de l'étal. Le marchand était occupé à vanter le goût d'un bon breuvage à un passant. C'était l'instant où jamais... il prit trois bouteilles, sous le bras, et se sauva en courant, sous les cris du pauvre négociant. Il se sentit les ailes pousser, jamais il n'avait eu l'impression de courir aussi vite.

Il s'arrêta au détour d'une ruelle... personne ne le suivait... bien... il déboucha la première bouteille... et la vida en quelques minutes. Trop rapide... il n'avait pas eu le temps de se rafraîchir le gosier après cette course. Il ouvrit la seconde... et la vida presque d'un cul sec. Gardant sa dernière bouteille sous le bras, il continua sa marche... rapidement, il sentit l'alcool lui monter à la tête. Le soleil n'arrangeait rien à son état.

Finalement... il avait bien fait de se présenter comme maire, le village aurait besoin de lui. Les lycans? Bah... tant pis pour eux, ce n'était pas si dangereux... il se sentit transpirer... décidément... le retour de la chaleur et l'alcool... il se mit assis, près d'une rue où le passage était assez important, tentant de remettre ses idées en place, sa dernière bouteille pleine sous le bras. Il observait les passants, cherchant qui aborder dans cette rue, pour lui raconter toutes sortes d'histoires, ces histoires qu'il était sûr d'avoir vécues... Au loin, il y avait deux femmes... un peu bizarres, collées l'une à l'autre, et une aveugle... et à quelques mètres d'elle, trois hommes en pleine discussion... personne ne faisait attention à lui... il ressentit alors soudainement l'envie d'attirer l'attention sur lui.


A l'aide !!!!!

Son cri avait raisonné dans toute la place, terrifiant. Nombreux furent ceux qui se tournèrent vers lui, et il éclata de rire en voyant leurs mines terrifiées, puis leur air mécontent lorsqu'ils se rendirent compte qu'on s'était moqué d'eux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Opale

avatar

Nombre de messages : 240
Pseudo RR : Opale, dans une autre vie, dans une autre ville ^^
Date d'inscription : 15/10/2006

MessageSujet: Re: Panique à Thiercelieux 12   Mer 2 Avr - 22:36

Il était près de midi quand Noémina décida enfin de quitter son lit-cocon.
Mais n'ayant aucun appétit, elle se mit au travail : nourrir les moutons, faire un ménage sommaire dans la maison et surtout filer la laine qui trainait.
Ce n'était pas parce que Huc était parti qu'elle ne devait plus rien faire. Et puis, qui sait ? Si il revenait et qu'il la voyait ainsi, que penserait-il : qu'elle n'était pas capable de vivre seule ?

Sa fierté s'y refusait. Alors elle fila, fila , fila....Quand ses doigts furent tellement rouges d'avoir fait des pelotes, quand ses yeux furent tellement secs qu'elle eut mal rien qu'à cligner , elle s'accorda une petite pause.

Elle s'habilla pour aller boire un verre à l'Auberge, et emporta un panier dans lequel elle mit quelques pelotes. Au moins, elle profiterait de sa sortie pour faire quelques ventes.

Ce fut vite fait. Elle fit un petit détour et frappa chez Mémé Ursule, la doyenne du village qui faisait toujours elle-même ses tricots. Le panier vide et les poches garnies de beaux écus, elle reprit sa route.

Une fois sur la place du village, elle fit une autre halte pour inscrire son nom en tant que maire éventuel de Thiercelieux.


A l'aide !!!!!!!!!!!! Noémina sursauta et chercha qui avait pousser ce hurlement, avant de voir le farfelu de la veille rire de sa blague. Heureusement, il n'y avait rien.
Soulagée, elle entra chez René.


Salut la compagnie ! Noémina prit place devant le comptoir.
- 'jour Noé. Ca va ? lui lança le patron. On attend Huc ? Il va nous rejoindre ?

- Heu, non non. Il est occupé là.
Dis, tu m'apportes une assiette de ton menu du jour ?


René la regarda avec surprise. Elle ne faisait plus la cuisine elle-même ? Elle s'était peut-être disputée avec Huc, d'où sa présence à l'Auberge à cette heure ?

Noémina soupira. Elle aurait du s'en douter, tout le monde allait lui parler de Huc. Elle ne pourrait pas garder secret ,bien longtemps ,
le départ de son mari . Autant se débarasser de ça le plus tôt, et quand René revint avec une assiette de ragoût, elle lui glissa :


Merci René. En fait, tu sais...pour Huc....je ne sais pas du tout quand on le reverra. Il est parti vivre ailleurs avec sa mère. Il ne supportait plus Thiercelieux....tu sais, depuis la perte de nos moutons....et la présence de l'Inquisition....et puis....

Noémina ne termina pas, elle plongea son regard dans son assiette. Ne pas pleurer, surtout ne plus pleurer....
René ne dit pas un mot, mais posa brièvement sa main sur l'épaule de Noémina avant de partir s'occuper des clients qui entraient.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Panique à Thiercelieux 12   

Revenir en haut Aller en bas
 
Panique à Thiercelieux 12
Revenir en haut 
Page 2 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» Nouveau site !! Panique au casino !!
» Initiation aux loup-garous de Thiercelieux à l'école
» Pas de panique !! ;)
» Hans-Ulrich Rudel
» Petite table romantique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Animations dans les Royaumes Renaissants :: Panique à Thiercelieux :: Archives de Thiercelieux-
Sauter vers: